SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés - Amélie Bourgeois, Quentin Guénard et Zébrure

Le 22 Jan. 2019

Zoom sur cette agence de communication digitale, spécialisée dans les marques de luxe, ne cesse de se développer. La start-up paloise détient déjà un beau palmarès…

Les deux Palois sont à l’origine de Zébrure, une jeune entreprise créée en décembre 2016. Il s’agit d’une agence de community management et de communication digitale spécialisée dans les marques de luxe, cosmétiques, accessoires de modes, parfums et vins spiritueux.


« Au départ, je voulais travailler dans le monde de l’art », indique Amélie Bourgeois. « Il n’y avait pas encore d’études pour apprendre le markéting, le mot community manager n’existait même pas. J’ai fait une licence de droit à l’UPPA, et étudié Histoire de l’art après un parcours en Sciences politiques ».

« La start-up Jimdo basée à Hambourg avait besoin de moi pour traduire son site Internet. Pendant 4 ans, elle s’est développée et j’y ai appris beaucoup de choses. C’est à ce moment précis que je suis rentrée dans le monde des réseaux sociaux, pour faire connaître cette start-up en France et dans d’autres pays » souligne la jeune femme.


Quentin Guénard a, quant à lui, fait une licence à l’école de commerce de Pau après avoir étudié un an le droit à l’UPPA. Il poursuit ses études en faisant un master à l’Ecole de commerce de Toulouse. Il travaille ensuite dans différentes agences de communication. « J’ai eu l’occasion de travailler dans la gestion de projet en sous-traitance chez Airbus. Ça n’avait rien à voir avec mon domaine de compétence mais j’ai appris comment fonctionnait la sous-traitance, à faire de la gestion de projet, ce qui m’est très utile aujourd’hui. C’est à ce moment-là qu’Amélie m’a appelé. Je voulais faire de la communication donc j’ai tenté l’aventure » se remémore le co-fondateur de Zébrure.

Revenue depuis 2011 à Pau, Amélie Bourgeois s’était lancée en free-lance dans le community management. « J’ai eu très rapidement des contrats avec des maisons de luxe, dont Cacharel pour Amor Amor et Anaïs Anaïs. J’ai appelé Quentin à la rescousse car je ne pouvais plus travailler seule, j’avais trop de commandes ».


Amélie Bourgeois et Quentin Guénard se connaissent depuis longtemps, le frère de celle-ci étant un ami de Quentin. Au début, les deux comparses forment un collectif de free-lance, « avec ce système, plus on avait de clients, moins c’était gérable » relate la jeune femme. Ils ont donc créé une SARL en décembre 2016, au cœur d’un vieil immeuble dans le quartier du Château de Pau. C’est ainsi que Zébrure a vu le jour.

Mais pourquoi ce nom étrange ? Peut-être une malice du destin, qui avait mis quelques indices sous les yeux de nos deux Palois : Amélie Bourgeois avait un compte Twitter à ce nom et un vieux fauteuil imitation zèbre. « Je trouvais que Zébrure sonnait bien et la métaphore est plutôt juste : on ne veut pas surfer sur une tendance, mais plutôt s’inscrire dans la durée. Dans la mode, le noir et le blanc sont intemporels » affirme Quentin Guénard. « D’autre part, parce qu’il y a l’idée d’une griffe distincte, comme celle des grandes marques de luxe » ajoute Amélie Bourgeois.


Une fine équipe de zèbres…

En tout, une quinzaine de personnes s’activent pour pérenniser la start-up paloise, 10 « zèbres » dans les bureaux (les cofondateurs et 8 employés) et quelques personnes en freelance. Audiovisuel, création de contenus, traduction… il y en a pour tous les goûts.

Pourquoi « zèbre » direz-vous, et bien c’est désormais le qualificatif accordé à une personne avec une intelligence élevée avec des capacités d’adaptation et de réaction fortes. Et puis, comme nos empreintes digitales, les rayures des zèbres sont uniques et leur permettent de se reconnaître entre eux. Chaque zèbre est donc unique. C’est la marque de fabrique de Zébrure, une agence de communication qui se fond à priori dans la masse, tout en cultivant sa différence, son originalité.

Parmi ces « zèbres » donc, des illustrateurs, des passionnés des réseaux sociaux, de photos, des graphistes et des chargés de communication.


« Le métier de community manager évolue en même temps que notre société. Pour perdurer, nous sommes obligés de suivre la tendance. Aujourd’hui, un community manager doit avoir une panoplie de compétences pour pouvoir travailler » expose Quentin Guénard.

Ce métier est apparu avec l’avènement de l’ère numérique et s’est considérablement développé avec l’apparition des réseaux sociaux. « D’une année à l’autre, on demande à des community managers des compétences en plus ».


Un succès spectaculaire…

« On est très sollicités, on a la chance de pouvoir choisir nos clients, ces domaines nous plaisent. Pour faire la promotion d’un produit, c’est très important » explique Amélie Bourgeois. « Il faut parfois prendre la parole à la place du client et défendre le produit, nous sommes compétents dans ces domaines donc nous pouvons davantage en parler » renchérit Quentin Guénard.

Forte de son succès, la start-up a aménagé l’été dernier un deuxième appartement (au-dessus du premier) pour ses nouveaux employés.

En 2018, Zébrure a travaillé avec 23 marques : L’Oréal, Belleetbio (cosmétique), Bardinet et Martiniquais (pour Caraibos) pour en citer quelques-unes. Au total Zébrure a accompagné une quarantaine d’entreprises depuis décembre 2016.

Son chiffre d’affaire ne cesse de croître d’année en année, + 41% en 2018 par rapport à 2017.
« D’ici la fin de l’année, nous allons embaucher entre une et quatre personnes, comme community manager, social media manager et graphiste, pour répondre aux offres de nouveaux clients » annonce Amélie Bourgeois.

« Si des jeunes talents cherchent à travailler dans notre agence de communication, qu’ils n’hésitent pas. Nous ne cherchons pas des diplômes mais des compétences, des profils intéressants » conclut Quentin Guénard.

Si vous souhaitez entrer dans l’aventure Zébrure, il suffit d’envoyer un CV et une lettre de motivation à contact@zebrure.com

Informations sur le site internet – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *