INDEX

Le Betizu, dernière vache sauvage du Pays basque et d’Europe

Le 21 Jan. 2019

Occupant les contreforts des Pyrénées et ses zones boisées, elle ne s’est que rarement croisée avec d’autres races, d’où sa rareté et la protection qui l’entoure…

Voilà un animal qui vit ici, au Pays basque, depuis des siècles à l’état sauvage. Un oiseau ? Une chèvre ? Un ragondin ? Non, il s’agit d’un bestiau nettement plus volumineux : une vache sauvage.


Betizu se prononce en fait bétissou et vient du basque behi izua, behi signifiant vache, et izu, farouche, intraitable, sauvage et fuyante. Naturellement, son origine remonte à la nuit des temps, puisque l’on trouve sa représentation sur l’art pariétal pyrénéen, datant de 15.000 ans.

Il serait issu d’une population d’aurochs de taille réduite, croisée avec des animaux des fermes. La race offre une grande rusticité, avec un aspect d’un animal vivace et agile. Combien sont-ils ? Peu : environ 300 individus, dont une soixantaine pour le versant français, d’où la nécessité de préserver la race et en particulier sa pureté. Et où peut-on les distinguer ? Sur nos zones de la Rhune, de Mondarrain et du col d’Ibardin.


Quoique ce soit ailleurs que le betizu fasse parler de lui. À Biriatou, tout près de la frontière espagnole, où 2 km de clôtures ont été montées tant pour les préserver que pour les éloigner du public non averti, qui les prend pour de paisibles vaches laitières, alors qu’elles sont à l’état sauvage, donc susceptibles de réactions imprévisibles, voire de nuisances pour les fermiers.

Un exemple suivi à Urrugne, où on a posé également 300 mètres de clôture. Le tout pour un coût de 25.000 euros, couverts tant par les communes que par le Conservatoire des races d’Aquitaine, le Conseil départemental et la Région.


Et autant finir sur un peu de mythologie, donc de poésie : les betizuak (pluriel de betizu) étaient, dit-on, les gardiens de la grotte (Mariren Koba) où vivait la déesse Mari la reine de la nature, du côté d’Anboto. Voilà une belle histoire à raconter aux petits : il était une fois, dans la montagne basque, un betizu…

Informations sur le site Races d’Aquitaine

Photos : Conservatoire des Races d’Aquitaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *