Abonnez-vous
Publié le

1500 COUPS DE POUCEAtlantique Landes Récifs vers de nouveaux projets

C'est à l'initiative d'un groupe de pêcheurs que l'association a été fondée. L'idée était alors de faire revenir des poissons dans l'écosystème locales, et de les y maintenir . La mission étant accomplie, elle se tourne vers de nouvelles activités scientifiques...
Un plongeur de l'association Atlantique Landes Récifs.Photo : ALR / Jean Celestrino.
Pour des raisons financières, Atlantique Landes Récifs tournait au ralenti depuis 2022. Un nouveau bureau a été élu en novembre dernier, symbolisant sa renaissance. Ainsi, en plus des dimensions écologiques et scientifiques, un volet pédagogique est en développement...

Dans les années 90, les côtes landaises ont enregistré une diminution de la biomasse de poissons. « Un groupe de pêcheurs a alors fondé une association pour trouver des solutions afin de faire revenir les poissons. Petit à petit, d'autres volets ont été développés, jusqu'à ce que les sites concernés deviennent des zones d'études scientifiques », explique Anne-Catherine Roch, membre de la direction collégiale d'Atlantique Landes Récifs.

Ainsi, des récifs artificiels avaient été déposés dans l'océan, dans les concessions marines de Capbreton, Soustons-Vieux-Boucau, et Messanges-Azur-Moliets-et-Mâa. « Ces récifs sont en béton certifié, et étudiés pour s'intégrer parfaitement dans la zone dans laquelle ils sont implantés. Les professionnels qui ont travaillé dessus ont également pensé à leurs formes pour que cela convienne aux espèces de poissons que l'on voulait faire revenir sur place ». Des années d'études et d'analyses menées par des étudiants, une doctorante, et le référent scientifique de l'association qui ont montré leurs fruits récemment, avec la concrétisation de la mission initiale. « Il a été démontré que les récifs étaient pertinents, que les poissons revenaient, se reproduisaient, et restaient ! », se réjouit Anne-Catherine Roch.

Mais entre temps, l'association, elle, a connu des tempêtes. « Le retour à une gestion globale par les bénévoles après 25 ans d'une gestion par une salariée a été un vrai défi. De plus, financièrement, les subventions que nous touchions de la part de la Région, du Département, de mécènes, et des collectivités territoriales se réduisaient, et cela devenait impossible d'assurer les emplois que nous avions ». Atlantique Landes Récifs a donc dû se séparer des deux personnes qu'elle embauchait, et le temps de se retourner, et de reprendre en main son organisation, deux années se sont écoulées.

« C'est une association importante avec de lourdes responsabilités. Ainsi, nous avons une convention avec l'État et la Communauté des communes MACS qui nous désigne gestionnaire de trois concessions marines (des terrains destinés à des recherches scientifiques NDLR.). ». Ainsi, pour se répartir le travail de gestion, l'association a décidé de créer une direction collégiale, à trois personnes. En plus de ce trio, une quarantaine de bénévoles assurent l'ensemble des missions de la structure.

Photo : Atlantique Landes Récifs.

Car la récolte de données dans les concessions maritimes qu'elle gère n'est pas la seule mission d'Atlantique Landes Récifs. « Nous avons également un volet de diffusion de la protection de l'environnement marin. Nous réalisons des interventions dans des écoles primaires, des collèges, des lycées professionnels, etc. Ce sont des structures locales avec lesquelles nous discutons de la faune et de la flore marine, nous leur expliquons son rôle, son importance, etc. Nous aimerions faire connaître les récifs comme les gens ont pu prendre connaissance du Gouf de Capbreton par exemple ».

COUPS DE POUCE

Cette dimension pédagogique est d'ailleurs amenée à se développer, grâce à un projet en partenariat avec une collectivité territoriale. « L'idée serait de réaliser un parcours pédagogique terrestre, sur lequel le public pourrait retrouver les récifs marins. C'est un projet ludique à destination du grand public, c'est important pour que l'on puisse se faire connaître, mais cela demande du temps et des compétences », reprend Anne-Catherine Roch. Ainsi, l'association est à la recherche de professionnels dans les secteurs de la construction (bois ou béton), et de la sérigraphie, entre autres.

L'association est également à la recherche d'une personne à intégrer à son équipe dans le cadre d'un Service Civique. Ainsi, pour l'accompagner dans cette recherche, nous vous invitons à relayer cet article auprès de vos contacts et via vos réseaux sociaux.

« Et puis cette année 2024 marque aussi le début de quelque chose de nouveau. Nous tournons la page d'avant, puisque la cohérence des récifs a été démontrée. Maintenant, nous recherchons de nouveaux projets scientifiques. Le but est de proposer l’utilisation des récifs artificiels pour des travaux de recherche des institutions, des scientifiques et universitaires. Nous sommes déjà en contact avec une université pour réaliser des prévisions numériques de l'avenir de nos structures et de l'écosystème marin, et nous avons d'autres projets en tête comme l'étude des benthos, des espèces fixées qui sont à la base de la chaîne alimentaire », conclut Anne-Catherine Roch. Une année qui s'annonce chargée donc...

Plus d'informations sur le site internet d'Atlantique Landes Récifs

Photo : ALR / Jean Celestrino.

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi