Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

EN ACTION - Cambo-les-Bains au cœur du combat

Avec ses très nombreux établissements, la cité thermale est totalement mobilisée autour de la crise sanitaire avec son savoir-faire dans le bien-être, la santé et la rééducation…
CAMBO
Cambo-les-Bains et le secteur médical, c'est une belle histoire d'amour. Avec ses 8 cliniques, ses thermes et ses 5 Ehpads, la ville d’adoption d'Edmond Rostand est aujourd’hui particulièrement concernée par la lutte contre le Covid-19.

La rééducation est LE domaine de prédilection de la cité basque. En effet, les patients qui arrivent à Cambo sortent souvent de réanimation, ou de lourds et longs traitements. Ainsi, sur les 600 lits répartis dans la ville, la moitié sont destinés à la réhabilitation de l'appareil respiratoire.

Il faut savoir que, sur la commune, plus de 1.000 personnes sont employées dans le milieu médical. Médicambo, l'organisme de gestion des cliniques, est à la manœuvre même si, en cette période de crise, une collaboration avec le Centre Hospitalier de la Côte Basque a été mise en place.

Une parfaite organisation…

Avec l'appui de cet établissement de première ligne, chaque centre médical de Cambo-les-Bains, accueille des patients covid-19. Ils sont donc considérés comme des établissements de 2nd ligne, et ont accueilli, depuis le début, une vingtaine de patients covid. Ces derniers, sortent de deux à trois semaines de réanimation, ne sont plus contagieux, et viennent à Cambo pour se ressourcer, et apprendre à revivre normalement. Ainsi, ils restent entre cinq et quinze jours dans la cité thermale.

Pour faire face à cette arrivée, les établissements se sont armés. Dès le 15 mars, toutes les portes étaient fermées au public, afin de ne surtout pas faire rentrer le virus. Mesure efficace, puisqu'aucun nouveau cas de covid n'a été enregistré à Cambo-les-Bains, ni dans les cliniques, ni dans les Ehpads. Les établissements se sont ensuite chargés de créer des zones d'accueil réservée aux patients covid, afin de ne pas les mélanger avec les autres patients, dont les soins sont toujours maintenus, comme à la normale.

Des craintes qui n’ont pas de raison d’être…

Mais malgré ces mesures prises, comme tous les établissements de santé de France, les cliniques de Cambo-les-Bains souffrent du manque de matériel. Bien que des généreux donateurs aient offert des masques, des visières, de la nourriture, etc, les centres médicaux de Cambo en appellent aux dons.

L'une des autres difficultés que rencontre le secteur médical, c'est l'isolement de ses patients. Depuis plus d'un mois, sans voir personne, la vie devient dure. Contrairement aux Ehpads, où les visites sont possibles, sous des mesures de sécurité très strictes, les cliniques sont quant à elles toujours fermées. Pourtant, les établissements se sont vus dotés de tablettes, afin d'effectuer des appels visio par WhatsApp. Mais il est difficile de remplacer la chaleur humaine.

Enfin, la dernière inquiétude des cliniques concerne ses patients habituels, atteints de diabète, de la maladie de Parkinson, de cancer, d'addictions. En effet, ces derniers ne reviennent toujours pas dans les cliniques, par peur d'être au contact du virus, ou parce qu'ils se disent qu'ils vont laisser passer la crise. Une réaction compréhensible, mais qui n'est pas bonne, puisque les établissements sont prêts pour tout, même pour une deuxième vague, toujours redoutée.

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.