Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

IMAGE DE BAYROU66% des Français considèrent qu’il ne leur dit pas la vérité

76% approuvent le fait qu’il ne soit pas entré au gouvernement. Mais dans ce sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, 56% pensent qu’il n’aurait pas fait un bon ministre de l’Éducation nationale.
BAYROU – 76% approuvent le fait qu’il n’entre pas au gouvernement
Les avis sont très contrastés. Si son refus de devenir ministre de Gabriel Attal est apprécié, 63% pensent que son geste ne fragilise pas la majorité présidentielle. Quant à ses critiques contre la composition du gouvernement, jugé « trop parisien », elles sont plébiscitées à 69%.

Globalement, le gouvernement Attal ne suscite guère d’enthousiasme auprès des Français, 63% étant insatisfaits de sa composition. Seules les nominations du premier ministre (54%) et le maintien de Bruno Le Maire (52%) à Bercy contentent une courte majorité. Même le « phénomène » Dati ne séduit qu’un tiers (35%) des sondés.
 
L’enquête dévoile aussi qu’une minorité de Français (41%) a une bonne image du maire de Pau, loin des scores réalisés il y a quelques mois encore. Sans surprise, il est largement rejeté par les sympathisants du Rassemblement national (74%) et de la France insoumise (62%). Mais aussi par ceux des Républicains (60%) et des Écologistes (54%).
 
De façon assez surprenante, ce sont les sympathisants du parti socialiste (70%) qui ont la meilleure opinion du centriste contre seulement 58% pour les troupes macronistes.
 
S’il veut garder des ambitions présidentielles, il devra améliorer sérieusement son image.

En effet, s’il apparaît sympathique au regard de 50% des Français, il n’est pas considéré comme proche des gens (par 54%), ni courageux (57%). Plus embêtant encore, nos compatriotes pensent qu’il n’est pas honnête (62%), qu’il ne dit leur pas la vérité (66%) et qu’il n’est pas charismatique (67%).

Lire notre article - Bayrou à l’Élysée, « c’est écrit ! ». Mais...

Commentaires (1)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Petrouchka
il y a 4 mois -
Malheureusement, Belloubet ne sera pas mieux. Il faut à l'éducation nationale une vraie révolution, indépendante des syndicats, sans quoi cela empirera encore. Et si le salut venait d'une plus grande libéralisation de l'enseignement privé ?

À lire aussi