Abonnez-vous
    Publié le Mis à jour le

    INNOVATION - Construction des baleines volantes dans la région

    Dans quelques mois, le consortium Flying Whales va bâtir une ligne d’assemblage d’un impressionnant dirigeable de 154 m de long, 42 de haut et 60 de large…
    FLYING WHALES 1
    C’est finalement la commune de Laruscade, au Nord de Bordeaux, qui va accueillir l’usine de fabrication de ces zeppelins du futur.

    Une nouvelle génération de dirigeables, baptisée LCA60T (Large Capacity Airship 60 Tons), « gonflés » à l’hélium, destinée au transport de marchandises lourdes et/ou volumineuses depuis ou vers des zones difficiles d’accès ou dépourvues d’infrastructures.

    Le Flying Whales sera composé d’une structure en carbone où seront logées de grandes cellules remplies d’hélium. Long comme deux Airbus A380 et haut comme un immeuble de 12 étages, il pourra donc transporter, dans son immense soute de 90 x 8 x 5 m ou bien sous élingues, une charge totale de 60 tonnes, et ce à une vitesse de croisière… de 100 km/h !

    Le site de Laruscade comprendra deux hangars de 200 m de long et de 60 m de haut. Autant dire qu’il s’agira d’un site hors normes. L’investissement est estimé à 90 millions d’euros et devrait déboucher sur la création d’au moins 200 emplois. Chaque année, l’usine girondine devrait sortir 12 de ces « zeppelins du futur ».

    Par sa stabilité en vol stationnaire et par sa consommation de carburant 20 fois moindre (via une propulsion hybride électrique), ce dirigeable se positionne déjà en sérieux concurrent de l’hélicoptère. Et par rapport aux bons vieux zeppelins de l’entre-deux-guerres (qu’on avait abandonnés à cause de leur inflammabilité et d’un grave accident survenu aux États-Unis), il présentera l’immense avantage de la sécurité, grâce à l’utilisation de l’hélium comme gaz porteur. Et il bénéficiera de tous les progrès technologiques réalisés depuis…

    A l’Exposition universelle…

    La baleine volante a été invitée sur la pavillon français pour l’Exposition universelle de Dubaï qui se déroule jusqu’au 31 mars 2022. Le consortium aura ainsi l’occasion de présenter son dirigeable aux représentant de très nombreux pays. Une marque de reconnaissance majeure avant de lancer la construction de l’usine en Gironde.

    Le consortium Flying Whales s’appuie sur l’expertise technique des 30 entreprises et laboratoires investis dans le projet et la conception du dirigeable, et en particulier des 5 partenaires majeurs que sont l’Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales), Epsilon Composite, Zodiac Aerospace, REEL (qui fournira les 12 treuils dont sera équipé chaque dirigeable) et Tecalemit Aerospace. Au-delà de la fabrication, un « opérateur Flying Whales Services sera en charge d’opérer et de maintenir la flotte de LCA60T afin d’offrir une solution clé-en-main à ses clients ».

    Lancé au départ avec le soutien d’Avic General (filiale du groupe aérospatial chinois Avic), Flying Whales s’appuie désormais sur des partenaires financiers majeurs comme Bouygues, Aéroports de Paris, Air Liquide, Bpifrance. Mais aussi, les Régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes ou encore l’Office national des forêts (ONF) et le gouvernement du Québec.

    Le consortium annonce la signature de plusieurs accords avec des industriels intéressés par ce dirigeable et estime le marché mondial pour ce monument volant à plus de 700 appareils.

    Informations sur le site internet de Flying Whales

     

    À lire aussi

    DAHER 1

    Daher met les gaz dans l’innovation

    L’avionneur, équipementier et logisticien vient d’annoncer qu’il est en train de créer 3 nouveaux centres d’innovation près de ses sites de Toulouse, Nantes et… Tarbes.

    Commentaires


    Réagissez à cet article

    Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.