Abonnez-vous
Publié le

CHANGER DE VIELe cheminement fleuri de Leslie Cassagne

Leslie Cassagne, vous la connaissez ! Nous vous l’avions déjà présentée en novembre 2020, alors que le deuxième confinement était venu mettre une sacrée pagaille dans la hotte du Père-Noël à quelques semaines des fêtes.
Leslie Cassagne qui sème un champs

La jeune femme avait eu l’idée lumineuse – et gracieuse ! - de regrouper artisans et petits producteurs de la région sur un même site internet , sorte d’annuaire 100% gersois, regorgeant de pépites à se procurer en circuits courts. L’heureuse initiative avait permis de sauver les fêtes, tant du côté des producteurs, qui y ont gagné en visibilité, que des consommateurs, qui ont trouvé cadeau à leur pied (du sapin bien entendu).

Je souhaitais créer quelque chose qui soit en rapport avec la société telle que j’aimerais la voir…

Alors que ses études de marketing l’avaient amenée à travailler dans une maison d’édition, puis dans l’entreprenariat axé sur l’alimentation, Leslie a choisi de changer radicalement de vie, en s’installant l’an dernier en tant qu’agricultrice bio sur la ferme de ses grands-parents aux portes d’Auch. Une décision qui inquiète son grand-père, tant la situation financière des agriculteurs aujourd’hui n’est pas sécurisante.

Mais rien ne semble arrêter la jeune maman dans ses choix, et elle apprend avec enthousiasme à conduire un tracteur, travailler les champs, etc., sans perdre de vue son désir de transformer ses céréales directement sur la ferme, afin de favoriser circuits courts et vente directe. Têtue la gamine…

Une deuxième idée, tout aussi lumineuse et altruiste que la première lui est venue à l’esprit en ce printemps 2022. « Je souhaitais créer quelque chose qui soit en rapport avec la société telle que j’aimerais la voir, quelque chose de beau, de bon pour la planète, un système qui reposerait sur la confiance. J’ai semé alors des graines au mois d’avril, sur une parcelle d’un demi-hectare, pour y laisser pousser des fleurs, sans aucune intervention de ma part. Elles n’ont connu qu’une seule pluie, et pourtant, elles ont fleuri et se portent à merveille ! » s’enthousiasme Leslie.

Cosmos, bleuets, soucis, camomille, coreopsis… Toutes ces beautés sont proposées à la vente selon un système novateur, reposant entièrement sur la confiance, puisque chacun est invité à venir cueillir celles qu’il souhaite, moyennant un paiement de 20 centimes par fleur (une urne étant prévue sur place à cet effet).

Toutes ces fleurs sont locales, cultivées de manière écologique et durable.

« Toutes ces fleurs sont locales, cultivées de manière écologique et durable. En plus d’en faire des bouquets, elles sont comestibles ; on peut donc les manger en salade, en faire des infusions … Elles n’ont reçu aucun traitement, et n’ont pas été irriguées. Étant donnée la sécheresse de ces derniers jours, le rendement est moins important qu’espéré, mais c’est un bon début ».

Si ce test s’avère convaincant, et permet au moins à Leslie de financer les trois à quatre kilos de graines qu’elle a semées, l’opération sera amenée à se pérenniser avec le retour du printemps. 

Pour tous les amoureux du beau, qui souhaitent soutenir l’heureuse initiative de Leslie Cassagne, rendez-vous route de Roquelaure à Auch, juste en face du stade du Pitous, au niveau du transformateur électrique. Ça vaut aussi pour les restaurateurs en recherche de belles couleurs pour assortir leurs plats, hein ! Et si en plus, ça peut rassurer son grand-père…

Visiter le site fait dans le Gers

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi