Abonnez-vous
Publié le

La foule au meeting aérien de Saint-Jean de Luz

Avec notamment, la Patrouille de France en exhibition au-dessus de la Cité des Corsaires. 20.000 spectateurs sont attendus…
PATROUILLE DE FRANCE
Démonstration d’hélitreuillage en hélicoptère, saut en parachute avec le 1er RPIMA de Bayonne, et meeting aérien de la Patrouille de France, voilà ce qui attend les Luziens et les autres en ce samedi. Du spectacle, en voilà !

Tout cela va se passer en fin de journée, dès 17h35, quand dans la baie, donc à la vue de tous, sera proposée une démonstration d’hélitreuillage. Soyez à l’heure, l’opération ne dure qu’un quart d’heure. Aussitôt après, les paras du 1er RPIMA de Bayonne sauteront de leur Noratlas, un avion que les conscrits de l’Etap ont bien connu, et dont le dernier exemplaire, sacré « monument historique » est basé sur l’aéroport de Marseille Provence.

Surviendra ensuite le clou du spectacle, de 18h30 à 19h, avec le meeting de la Patrouille de France, considérée comme l’une des meilleures formations acrobatiques au monde : huit Alpha Jet, placés sous la responsabilité du lieutenant-colonel Gauthier (pas de noms de famille, il s’agit de militaires) le leader, totalisant 3.600h de vol.

Ceux qui auront le bonheur d’assister à la démonstration ne pourront qu’admirer la créativité et la maîtrise de ces magiciens traçant dans le ciel des fumigènes tricolores du plus bel effet, à plus de 600 km/h.

Et avant que la nuit ne tombe, de 20 à 22h, viendra un spectacle nettement plus calme : le vol captif de deux montgolfières. Pour ne rien manquer du show, rien ne vaut une place sur la plage de Saint-Jean, ou sur celle de Socoa, et même sur la corniche, qui a l’avantage de dominer les lieux.

Mais il vaudra mieux s’y prendre à l’avance : 20.000 spectateurs sont attendus sur site, ce qui signifie bouchons et stationnement aléatoire. Un moindre mal pour cet événement hors norme.

 

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.