SINGLE CREATEUR

Hubert Candelé et Bastidarra

Le 26 Sep. 2018

A Bardos, la laiterie artisanale développe un modèle très innovant en associant les producteurs locaux avec une exigence complètement partagée…

Autour de deux marques phares, Ibaski et Ekia, la laiterie Bastidarra a mis en place une filière 100% locale, des éleveurs jusqu’aux consommateurs. Rencontre avec Hubert Candelé, un patron plein d’idées responsables…


Vos débuts ?
Hubert Candelé – Fils d’agriculteurs à Labastide-Clairence, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure de la création d’entreprise il y a 8 ans. J’avais une formation dans l’agro-alimentaire et un goût certain pour la gastronomie. En partant du lait de brebis produit dans la ferme familiale, je voulais m’orienter vers la fabrication de yaourts et de caillés à partir de matières produites au Pays basque. Mais une étude de marché m’a amené rapidement à ouvrir la fabrication au lait de vache.


Vous avez aussi voulu impliquer les producteurs…
H. C. – Oui. D’abord en les associant dans le capital de la société. Ainsi, les exploitants agricoles historiques sont devenus actionnaires à hauteur de 10%. Mon objectif était de modifier les rapports entre agriculteurs et transformateur. Les trois premières exploitations associées se sont alors orientées vers un travail encore plus respectueux de l’environnement, avec des exigences de qualité très précises et une démarche labellisée Haute Valeur Environnementale (HVE).


Quels avantages pour les agriculteurs ?
H. C. – Le premier est que le lait est acheté à des prix supérieurs de 15% à 20% à ceux pratiqués par les laiteries traditionnelles. Si les agriculteurs associés ne participent pas directement à la vie de l’entreprise, nous leur rendons des comptes régulièrement. Mais surtout, nous leur donnons de la perspective pour faire évoluer leur exploitation et favoriser la pérennisation. Depuis, d’autres exploitations ont été intégrées. Elles sont toutes à proximité : à Bardos, Labastide-Clairence ou encore à Hasparren. En 2018, nous avons aussi commencé à travailler le lait de chèvre.


Comme progresse l’entreprise ?
H. C. – Nous sommes passés de 2 à 25 personnes aujourd’hui. Cette année, le chiffre d’affaires va être d’environ 2,8 millions d’euros avec la transformation de 700.000 litres de lait. La clientèle a été sensiblement augmentée. Cela va de la vente directe aux particuliers jusqu’aux grandes et moyenne surfaces, en passant par des boutiques et l’hôtellerie de luxe. Nous enregistrons une progression dynamique, avec déjà une ouverture aux marchés régional et national. L’une des valeurs de l’entreprise est la réactivité pour répondre immédiatement aux demandes des clients. Notre ADN, c’est aussi l’innovation, notamment pour développer de nouveaux parfums. On tente et on fait.


D’autres spécificités ?
H. C. – L’une des clés de l’entreprise est l’esprit d’équipe autour d’une culture de la qualité à tous les niveaux pour anticiper les exigences des clients. Tout le monde est conscient de la nécessité d’avoir des engagements forts au niveau de la qualité. Ainsi, 100% des contenus sont goûtés tous les jours, avec un personnel formé à cette pratique. La majorité de l’équipe est impliquée et participe quotidiennement aux tests des produits, y compris des étiquettes, des emballages, etc. Depuis 2017, nous avons lancé une démarche RSE.


C’est à dire ?
H. C. – Si l’entreprise doit générer un résultat économique net suffisant pour se développer, nous raisonnons désormais en performance globale en intégrant des critères liés à l’environnement, au social et au sociétal. J’insiste sur la notion de filière jusqu’au consommateur final. Cela nous permet d’équilibrer le rapport de force entre chaque acteur de la chaîne et de répartir au mieux les résultats.


Vos produits phares ?
H. C. – Nous avons deux marques majeures : Ibaski, dédiée à la grande distribution et aux collectivités ; Ekia, pour le secteur traditionnel. Les yaourts représentent environ 60% de l’activité de Bastidarra. Le restant se répartit entre les fromages blancs, d’une part ; et les caillés et autres produits de dessert, d’autre part. Au total, nous avons une gamme de 25 produits différents, hors déclinaisons de parfums. Je reviens sur le volet qualité et notre volonté de souplesse et de réactivité, mais aussi la dimension humaine de l’entreprise. Cette démarche est illustrée par le fait que, pour répondre à ces exigences, nous employons le double de personnes que d’autres laiteries.


Vos relations avec le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne ?
H. C. – Cette banque est notre partenaire historique et elle reste notre premier partenaire. Il faut dire qu’ils nous ont soutenu depuis le début et à chaque étape de développement de l’entreprise. Ils nous accompagnent aussi au quotidien grâce à la compétence des conseillers qui connaissent parfaitement toute la filière et ses spécificités.

Informations sur Bastidarra – cliquez ici

 

 

2 commentaires au sujet de cet article

  1. Madame, Monsieur,

    J’ai eu le plaisir de goûter vos yaourts Ekia,découverts à l’Atelier Boucherie St Paul les Dax. Un pur délice, dorénavant on ne consomme que ça; on a fait connaitre vos produits à nos enfants .Ils le ont trouvé dans le secteur d’Urrugne.
    J’ai une question:atteinte de la maladie cœliaque je dois suivre un régime sans blé ,puis je manger vos yaourts aux fruits?
    Merci de nous régaler;
    Cordialement.
    Marie-Dominique Coutenceau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *