Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le
Créateurs et Passionnés

Félix Seger

Le caméraman de choc de Yann Barthès
SEGER 2
  • Félix Seger, 26 ans seulement, est plutôt fier de son parcours. La preuve, il le dévoile en détail sur Internet, bien qu’il ait peu de chances de pointer à Pôle Emploi dans les années qui viennent.

    Car cet illustre inconnu est l’un des meilleurs caméramen de la place, ainsi qu’il le démontre chaque semaine dans « Le petit journal » de Yann Barthès. Petite précision : il est palois.

    Ce qu’il faut savoir…

    SEGER1C’est en effet à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour qu’il obtient son DEUG d’Histoire, avant d’initier un DUT de journalisme, option télévision, à Tours.

    Ses classes, il les effectue dans le Colorado, en réalisant un Journal télévisé hebdomadaire avant de revenir sur Paris, où il intègre la Matinale de Canal+ en tant que JRI (Journaliste reporter d’images) – réalisateur. On le retrouve tournant des sujets d’actualité pour « Le supplément », prélude à son intégration dans l’équipe du Petit journal, l’émission vespérale et décapante de Yann Barthès.

    C’est sans doute grâce à son expérience à l’étranger que celui-ci le choisit à l’été 2013 pour courir le monde et envoyer des sujets dits sensibles, peu traités – ou du moins sous un autre angle – par les JT traditionnels.

    Et en neuf mois, ce sniper de l’info a calculé qu’il avait déjà parcouru six fois le tour de la terre, visité 18 pays et passé 350 heures dans une carlingue d’avion. Avec à la clef des frayeurs, comme ces tirs de mortier à Donetsk, ou ce qui ressemblait fort à une prise d’otage par des pro-Russes à Slaviansk.

    Malgré ces risques assurés, Félix et son complice Martin Weill n’apparaissent jamais à l’écran, laissant à leurs images toute leur force et leur impact. Rien d’étonnant qu’elles constituent le moment fort d’une émission qui a besoin de se renouveler sans cesse.

    séger petitjournalAprès des vacances méritées, prises… à Paris, Félix est reparti sur les routes, caméra au poing afin de nous donner des images que l’on ne voit… nulle part ailleurs.

    À lire aussi