INDEX

Talents d’ici - Lucas Mahias, double champion du monde

Le 04 Nov. 2019

La pilote moto, originaire de Mont de Marsan, se positionne fortement pour 2020 dans le World Supersport. Avec un triomphe au Qatar, il a fini sa saison en boulet de canon…

Rubriques :

A 30 ans, Lucas Mahias a déjà été champion du monde d’endurance moto, puis de Supersport comme pilote officiel Yamaha, avant de passer chez Kawazaki.


Vainqueur sur le circuit international de Losail, en périphérie de Doha, le pilote montois a engrangé 6 podiums consécutifs pour boucler la saison. Une habitude…

Lucas Mahias termine finalement 4ème du championnat Supersport des moyennes cylindrées. Sur les 7 dernières des 12 étapes de la compétition, il se sera montré le meilleur pilote. Il restera chez Kawasaki Puccetti Racing l’an prochain, et ça risque de chauffer à nouveau pour le titre mondial.


On avait laissé le Landais sur une douzième place en Australie, en ouverture de la saison 2019 du World Supersport, c’est-à-dire de ce championnat du monde des moyennes cylindrées sur des engins proches des motos de série (au contraire des prototypes de MotoGP). Le pilote était passé du guidon d’une Yamaha à celui d’une Kawasaki l’hiver dernier. Fort logiquement, il a eu besoin de plusieurs courses pour se régler. Mais pas tant que cela…

Car neuf mois plus tard, on peut dire que ses résultats ont été crescendo, et que comme à son habitude, il a vraiment impressionné sur la fin. Après 5 podiums consécutifs, dont une victoire à Magny-Cours fin septembre, il a récidivé à Doha pour conclure la saison. C’est la troisième fois d’affilée qu’il triomphe au Qatar, là même où il avait été sacré champion en 2017, au guidon de la Yamaha YZF-R64. Si la saison 2018 avait été moins satisfaisante, Lucas Mahias avait encore terminé sur le podium des 4 dernières courses, dont deux fois sur la plus haute marche.


Le rendez-vous est pris pour 2020…

À l’issue de cette saison 2018 mitigée, Mahias avait donc fait l’impasse sur une montée en Superbike pour tenter de remporter à nouveau le World Supersport sur une autre machine. Là-dessus, même s’il ne termine que 4ème du championnat cette année, c’est tout de même lui qui a marqué le plus de points au cumul des 7 dernières courses, achevant de démontrer que son pari était tout à fait réaliste.

Ce qui signifie clairement que le rodage est maintenant terminé et que le Montois sera un candidat très sérieux au titre pour l’année prochaine. On rappelle que le contrat de Lucas Mahias chez Kawasaki avait été signé pour un an : il sera donc reconduit en 2020.


En attendant, le pilote peut se consoler de cette saison de transition avec une brillante victoire au Qatar, où il réalise la passe de 3 en n’étant parti qu’en 5ème position, avec Corentin Perolari et Jules Cluzel devant lui. Après avoir pris la tête de la course, le Montois a très bien su creuser et gérer l’écart avec ses poursuivants. Et tout cela à l’issue d’un week-end légèrement mouvementé… « Je n’ai pas dormi la nuit parce que je ne me sentais pas bien, j’ai souffert d’un mal de ventre. Je n’ai pas non plus mangé avant la course, et avec des températures aussi élevées, quand vous n’êtes pas à 100%, vous perdez beaucoup d’eau. Mais ce n’est pas grave, car au final, nous avons terminé la saison sur une victoire », a ainsi expliqué le pilote à l’arrivée.


Cette année, après une « formation accélérée » de plusieurs courses, le Montois termine donc 4ème du WorldSSP derrière le Suisse Randy Krummenacher, l’Italien Federico Caricasulo et le Français Jules Cluzel, tous trois au guidon d’une Yamaha.

Tout cela laisse présager une belle bagarre l’an prochain. Sûr que le Landais arrivera en Australie remonté comme une pendule !

Plus d’informations sur la compétition sur worldsbk.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *