INDEX

Noël, un cadeau empoisonné pour les stations N’Py !

Le 04 Déc. 2020

Pour Peyragudes, Piau, Grand Tourmalet, Pic du Midi, Luz-Ardiden, Cauterets, Gourette et La Pierre Saint-Martin, c’est tout l’avenir des Pyrénées françaises qui est en jeu…

Avec l’ouverture annoncée des stations espagnoles et andorranes et la volatilité des touristes, qu’adviendra-t-il de nos belles Pyrénées dans les prochaines années ? C’est la question posée par le groupement béarno-bigourdan.


Les stations N’PY disent avoir pris acte de la décision de non-ouverture des domaines skiables jusqu’à nouvel ordre. Décision confirmée par le secrétaire d’Etat en charge du Tourisme Jean Baptiste Lemoyne suite à la réunion organisée entre les acteurs de la montagne et le premier ministre lundi dernier.

« Cette décision est difficile à accepter pour les gestionnaires de domaines skiables. Après avoir dû fermer précipitamment les stations en mars dernier, les exploitants ont démontré leur capacité à accueillir durant l’été plusieurs milliers de touristes dans le respect des règles sanitaires. Ils s’attachent depuis lors à préparer cette réouverture hivernale au travers d’un protocole très strict élaboré en collaboration avec l’ensemble des professionnels du secteur et les services de l’Etat ».


« Pour les domaines skiables N’Py, la décision de non-ouverture implique que plus de 800 salariés saisonniers vont être mis au chômage partiel tout comme une grande partie des salariés permanents. Au-delà de l’impact social, la perte financière engendrée par un report d’ouverture à mi-janvier représente une perte de 26% du chiffre d’affaires. Ce manque à gagner va mettre à mal durablement l’équilibre financier des entreprises et aura des impacts négatifs sur leur capacité à investir pour s’adapter et diversifier leur activité face au changement climatique ».

« Au-delà des domaines skiables, c’est toute l’économie des vallées de montagne qui est en danger. L’ensemble des socio-professionnels et des collectivités sont impactés lorsqu’on sait que 1 € dépensé dans les remontées mécaniques génère une dépense de 7 € sur le territoire, soit un déficit d’environ 100 millions d’euros ».


« Le monde de la montagne attend désormais de connaître précisément les aides concrètes qui vont permettre de sauvegarder son économie : compensation financière, abandon de taxes, impôts et charges, report des annuités, fonds de solidarité, prolongation du chômage partiel et surtout plan de relance. Une réunion est prévue le 11 décembre prochain et devra être décisive ! »

« C’est avec d’autant plus d’inquiétude que les territoires N’Py voient se profiler les vacances de Noël où les stations seront ouvertes (hébergement, activités de plein air…) alors que les domaines skiables seront fermés. Les exploitants attendent également des précisions sur les mesures nécessaires pour assurer la sécurisation des pratiques autorisées (luge, ski de randonnée, raquettes…) ».

Informations sur www.n-py.com

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Bonjour
    Article indispensable et à reproduire pour ne pas tomber dans l oubli. Une suggestion :parler du client ! Qui a achete ses forfaits saisons, qui paye ses impôts chers en station et ne peut pas en profiter ou louer, qui a réservé et perd sa location car comme C est ouvert il n y a pas de mesures spéciales covid…
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *