Abonnez-vous
Publié le

Teréga accélère l’arrivée de gaz par l’Espagne

Le premier opérateur indépendant français d’infrastructures gazières, basé à Pau, assure la sécurité d’approvisionnement énergétique.
STRATÉGIQUE – Teréga au cœur de l’approvisionnement en gaz
Par son savoir-faire et ses capacités en matière de transport de gaz et de stockage, la société béarnaise peut anticiper largement les besoins d’alimentation en gaz jusqu’à l’hiver prochain, malgré la crise russo-ukrainienne.

La capacité de Teréga à remonter massivement du gaz naturel depuis l’Espagne est l’un des enjeux clés de l’indépendance énergétique de la France. Les flux entrants records de ces derniers jours bénéficient également au bon remplissage des stockages qui atteint près de 9 TWh en ce début de période d'injection, soit 26% de ses capacités.

« Toutes les équipes de Teréga sont pleinement mobilisées pour assurer la mission de service public qui leur incombe et garantir l’approvisionnement en gaz des ménages comme des industries. Dans un contexte géopolitique tendu, ces flux gaziers records en provenance d’Espagne témoignent de nos efforts pour apporter une réponse concrète à la crise énergétique qui frappe l’Europe » a souligné Dominique Mockly, président et directeur général de Teréga.

Pour en savoir plus, lire notre interview de Dominique Mocly : Teréga, le gaz sous contrôle, comment ça marche ?

Implantée dans 15 départements du Grand Sud-Ouest, Teréga occupe une position stratégique dans les territoires et au sein de l’Europe. Son réseau, au maillage local dense et interconnecté avec les réseaux étrangers, joue un rôle primordial dans la réponse aux défis énergétiques français et européens.

« Si le réseau de Teréga permettait historiquement le transit du gaz norvégien pour alimenter l’Espagne ou le Portugal, la situation exceptionnelle et les tensions énergétiques liées à la guerre en Ukraine ont transformé et renforcé ces dernières semaines le rôle des infrastructures gazières. Le point d’interconnexion Pirineos, opéré par Teréga, enregistre, en ce moment, d’importants flux Sud-Nord avec des flux de plus de 200 GWh/j en moyenne ainsi que des pointes s’approchant de 220 GWh/j pour un maximum possible de 225 GWh/j ».

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi