INDEX

La micro-méthanisation en test à Barcelonne-du-Gers

Le 16 Juin. 2020

Dans le cadre du projet dit « Mcube », une unité-test a été déployée il y a quelques mois sur la ferme d’Aurélien Loumagne, éleveur de canards dans le Gers…

Ce projet Mcube, qui réunit 8 partenaires, vise à concevoir un « kit de méthanisation clé-en-main » adapté aux contraintes de tous les types d’exploitations agricoles. Plusieurs expérimentations devaient être menées avant une possible généralisation de ces unités.


Avant le confinement, on parlait de plus en plus des unités de micro-méthanisation à la ferme comme d’une alternative intéressante à la production conventionnelle d’énergie. On sait que la Région Nouvelle-Aquitaine, dans le cadre de sa feuille de route Néo Terra, comptait sur le déploiement d’une centaine de ces installations d’ici 2030.

Mais l’Occitanie n’est pas en reste, avec un intéressant projet « Mcube » réunissant pas moins de 8 partenaires, dont 3 institutionnels (Région Occitanie, ADEME, Fonds européen de développement régional) et deux structures de recherche (INP Toulouse-Purpan et INSA-CRITT Génie des Procédés et Technologies Environnementales).


Du côté des entreprises, ce projet est porté par Ovalie Innovation, la filiale R&D des groupes coopératifs Maïsadour et Vivadour, en coopération avec deux sociétés d’ingénierie : les Ateliers des Graves (à Villeneuve-Tolosane, chaudronnerie de précision et fabrication de structures) et SIREA (à Castres, électricité et automatismes).

Il s’agit « de proposer un kit de méthanisation clé-en-main qui s’adapte à la configuration des exploitations agricoles et qui intègre à la fois les contraintes inhérentes au secteur agricole et les contraintes d’industrialisation de la micro-méthanisation ». Ce sont les Ateliers des Graves (ADG) qui assureront la commercialisation des futures unités, pour l’instant toujours en test.


Une poignée de configurations testées…

On rappelle que classiquement, la méthanisation repose sur une étape-clé de fermentation en cuve étanche et désoxygénée, laquelle s’appuie sur les bactéries dégradant la matière organique en biogaz. Le méthane généré peut ensuite servir à produire électricité et chaleur en unité de cogénération, ou bien alors être purifié et converti en « biométhane ».

À Barcelonne-du-Gers, au lieu-dit « Au Chory », sur la ferme d’Aurélien Loumagne, était, ces derniers mois, testé un « scénario » de méthanisation à partir de lisier de canards, ici en fosse bâchée. Et cela semblait apparemment « tout bénéfice ». L’éleveur n’a pas mis la main à la poche : il a simplement laissé à disposition l’espace alloué à cette unité, par ailleurs entièrement autonome et surveillée à distance, c’est-à-dire n’occasionnant aucun surcroît de travail pour lui.


Ovalie Innovation

En contrepartie, l’exploitant en retire un certain nombre d’avantages très concrets, comme l’élimination des nuisances olfactives associées au lisier et à son épandage, la sensible diminution de la quantité de matière à stocker à l’issue du processus de méthanisation et, cerise sur le gâteau, le revenu généré par l’énergie ainsi produite, qui équivaudrait à la consommation de chauffage d’une trentaine de foyers.

Aux dernières nouvelles, une autre installation était testée à la ferme expérimentale de Purpan, à Seysses (31), mais cette fois à partir d’effluents bovins. D’autres tests étaient aussi prévus en élevage de porcs, en espace de ponte et dans l’agroalimentaire. L’objectif de ces expérimentations est d’aboutir à une version standardisée dudit « kit de méthanisation », c’est-à-dire utilisable quelle que soit la ferme considérée. Notons que ces unités associent aux effluents ciblés « des déchets verts fermentescibles provenant de coopératives agricoles et des cultures intermédiaires, en faible proportion ».

Alors que depuis fin 2016, les tarifs sont devenus plus intéressants pour le rachat de l’électricité issue de la méthanisation, ce type de petite unité standard, de par un investissement qui se fera sans doute de plus en plus léger pour l’agriculteur, pourrait à terme se généraliser sur les exploitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *