INDEX

Paul Marque, un talent au firmament

Le 08 Jan. 2021

A tout juste 23 ans, le danseur dacquois vient de réaliser son rêve, en devenant la nouvelle Étoile de l’Opéra de Paris. Les plus grands rôles s’offrent désormais à lui…

Paul Marque s’est hissé au plus haut niveau de sa carrière. Le 13 décembre dernier, il incarnait l’Idole dorée dans l’unique représentation de « La Bayadère » de Rudolf Noureev d’après Marius Petipa.


Ce spectacle se déroulait à huis clos, mais en direct sur « Opéra chez soi », la nouvelle plateforme de streaming mise en place pendant la crise sanitaire pour palier à la fermeture des salles. C’est à la fin du ballet qu’il a appris la nouvelle : il a été nommé danseur Étoile de l’Opéra de Paris.

C’est en accompagnant sa grande sœur au cours de danse au studio « On Stage », à Dax, que Paul Marque a découvert ce monde, à l’âge de quatre ans. Il a d’abord participé aux cours de jazz, pour finalement se diriger vers la danse classique, dès ses sept ans.


Un talent et un mental qui forcent au respect…

Mais ne devient pas danseur étoile qui veut : dès ses débuts à l’école de danse, ses professeurs remarquent son talent, son mental, sa technique et sa prestance.

En participant durant trois étés aux stages de danse de Biarritz, réunissant de nombreux professeurs de l’Opéra de Paris, il y rencontre Nicole Cavallin, qui le pousse à se présenter au concours d’entrée de l’École de danse de Paris. Et à 10 ans, le voilà interne petit stagiaire dans la prestigieuse école.

Après sa formation, en 2014, il rejoint le ballet de l’Opéra au sein de la première génération recrutée par Benjamin Millepied. Il gravit les échelons, passant de quadrille, à coryphée, sujet puis premier danseur en l’espace de seulement quatre ans.


Au cours de cette période, il reçoit deux prix : la médaille d’or au Concours international de danse de Varna, en 2016 ; puis le prix AROP de la danse, l’année suivante.

Depuis qu’il est entré à l’Opéra de Paris, Paul Marque a dansé dans de nombreuses productions, notamment « Cendrillon », « Le Lac des Cygnes » de Rudolf Noureev, « Giselle », « La Sylphide », « Casse Noisette », « Don Quichotte » (son premier grand rôle, en 2017)…

Il a également participé à trois créations : « Blake Works » de William Forsythe, en 2016 ; « Undoing world » de Bruno Bouché, en 2017 ; et « Dogs sleep » de Mario Goecke, en 2019.


Paul Marque rejoint donc les 15 autres étoiles de la troupe parisienne (cinq masculines et dix féminines), qui incarnent les plus grands rôles de ballet à l’Opéra de Paris. Le talentueux Dacquois risque de nous surprendre encore largement, quand on sait qu’une carrière de danseur de ballet se termine autour de 42 ans !

A suivre sur sa page Facebook, cliquez ici

Photos : Paul Marque – Isabelle Aubert – John Hennequin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *