INDEX

Gers Solidaire : L'Anquête entre dans l’action

Le 27 Nov. 2019

Le Groupement d’intérêt public a dévoilé un plan pour 2020-2023, en concertation avec les 42 organisations qui oeuvrent quotidiennement dans le domaine de la solidarité…

Rubriques :

S’il y a une faute sur « Anquête », celle-ci est volontaire parce que cela concerne l’Alimentaire », a rappelé Gisèle Biémouret, députée et présidente du GIP Gers Solidaire.


Le 26 novembre, une conférence de presse réunissait les principaux acteurs associatifs : Secours Populaire Français, CIAS du Grand Auch Cœur de Gascogne, les Restaurants du Cœur, le Secours Catholique, la Croix Rouge Française et la Banque Alimentaire.

« Ce sont plus de 42 structures qui, sur tout le département, agissent à différents niveaux sur l’aide alimentaire », a détaillé Gisèle Biémouret.


« L’Anquête » s’est déroulée sur 8 mois en trois étapes : une visite sur les 42 sites départementaux, l’élaboration de questionnaires et l’analyse des données. Celle-ci révèle que ce sont 10.457 personnes dont les deux tiers sont des femmes qui ont bénéficié en 2018 de l’aide alimentaire soit 3.568 familles le plus souvent monoparentales auxquelles ont été distribuées 628 tonnes de denrées, soit l’équivalence de 700.000 à 800.000 repas.

Le directeur du GIP, René Ortéga, lors de son intervention a souligné « l’importance des bénévoles. Il faut leur faciliter la vie, ils représentent l’ADN de Gers Solidaire, en vitalisant les territoires et en contribuant grandement à la qualité du lien social ». Les bénévoles sont environ un millier, toutes associations confondues, dont la majorité est représentée par 77% de femmes.


Après avoir détaillé les différents champs d’investigation, travailleurs sociaux, structures distribuant de l’aide alimentaire, bénévoles et personnes concernées, souvent celles-ci relèvent d’un accompagnement social (Département, CCAS, CIAS, organisme social), René Ortéga a dévoilé le plan d’action du GIP Gers Solidaire 2020-2023. Lequel s’organise sur trois niveaux : une instance de pilotage global, quatre groupes de travail qui auront à répondre à une feuille de route, et un comité « consultatif des usages ».

 


Article réalisé avec le Journal du Gers et Jean-Bernard Wiorowski

Suivez l’actualité du département sur le site du le Journal du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *