INDEX

Coup de projecteur - PresseLib’, fer de lance du journalisme de solution

Le 30 Juin. 2019

Le quotidien en ligne prépare un projet original et ambitieux pour accompagner le besoin croissant d’une information de proximité, utile, solidaire et citoyenne. Il propose une démarche participative par l’émergence de la Communauté Homo Territorius…

Lors de sa création en 2014, l’ambition des fondateurs de PresseLib’ était claire : diffuser quotidiennement et gratuitement, à l’ensemble des habitants d’un territoire, une information de proximité, utile à tous et citoyenne. Une presse qui encourage et valorise. Objectif  atteint.


Un positionnement résolument positif et le choix d’un focus exclusif sur le Bassin de l’Adour et de la Gascogne permet désormais chaque jour de valoriser de belles aventures humaines – petites ou grandes, professionnelles, individuelles ou associatives – et de toute nature (économique, écologique, sportive, culturelle..), liées au goût d’entreprendre et d’agir. De montrer comment les citoyens s’approprient sur le terrain les politiques décidées d’en haut et de les accompagner en leur offrant la vitrine d’un support qui leur est consacré.

Mais en cinq ans, l’environnement de la presse, la généralisation des media en continu, une mondialisation socialement brutale, le développement sans contrôle des réseaux sociaux ont modifié la vision qu’ont les citoyens du rôle de la presse.

Aujourd’hui, l’appétence accrue pour une information qui les touche au plus près, leur exigence pour une information sérieuse et non polémique et le sentiment que la solidarité est un élément indispensable du vivre ensemble, prédominent.


PresseLib’, doté d’une structure souple et agile, veut répondre à ces attentes en revisitant sa démarche. Sans abandonner sa philosophie d’origine qui a fait ses preuves (gratuit, positif, territorial), il mène à cette fin une réflexion dans trois grands axes de développement : saisir toutes les possibilités qu’offrent les progrès technologiques ; prolonger l’information d’observation et de transmission pure en inventant un journalisme de solution qui agit aux côtés de ses lecteurs ; aller vers une information inclusive où chaque partie prenante peut être à la foi lecteur (consommateur d’information), acteur (sujet de cette information) et contributeur (fournisseur de contenu en parrainant une initiative via la plateforme de dons J’aime l’info).

Enfin, favoriser l’émergence, autour de PresseLib’, d’un nouveau groupe de citoyens partageant les mêmes valeurs, un attachement profond à ses racines et la volonté d’être utile à son territoire : la Communauté Homo Territorius.


Homo TerritoriusLe projet, qui court sur trois ans, vise à révolutionner les relations entre le media et ses lecteurs et à rendre encore plus pertinente sa place dans le paysage de la presse régionale en contribuant à la pluralité nécessaire des sources d’information.

PresseLib’ est indépendant et veut le rester. Son positionnement et la mission d’intérêt général au service d’un territoire et de ses habitants qu’il s’est fixée doit reposer très naturellement sur du mécénat. Et, sur un mécénat largement populaire.

Le défi est immense mais les équipes de ce journal « pas comme les autres » sont prêtes à le relever avec l’aide de tous ceux qui, comme elles, pensent que l’accès à une information maîtrisée, sérieuse et de proximité est le préalable au plein exercice de la citoyenneté.

.


A lire également

 

3 commentaires au sujet de cet article

  1. Je lis avec beaucoup d’intérêt votre publication depuis sa création (je crois) car elle fournit régulièrement des informations objectives très diversifiées sur l’ensemble des activités du bassin de l’Adour. Je télécharge d’ailleurs celles qui m’intéressent plus spécialement soit dans le cadre de mes activités au sein de la technopole Hélioparc, dont je suis le directeur scientifique depuis 18 ans, soit en tant que simple citoyen sensible aux informations très larges sur la musique, la gastronomie, le tourisme et l’enseignement supérieur (j’ai été président de l’UPPA de 1982 à 1988). Merci pour votre initiative et son succès et bonne continuation, appuyée désormais sur vos “Homo Territorius” dont je découvre, pour certain, la personnalité et les origines béarnaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *