INDEX

Irouléguy, Ossau Iraty, piment d’Espelette et Kintoa, ensemble

Le 06 Déc. 2019

Les quatre appellations d’origine protégée du Pays basque mobilisent leur potentiel pour se donner encore plus de visibilité et de notoriété autour d’une identité forte…

Le vin d’Irouléguy qui fête les 50 ans de son AOP, le fromage Ossau Iraty avec ses 40 bougies, le piment d’Espelette, 20 ans de label et le nouveau venu avec ses quatre ans d’ancienneté, le porc Kintoa et sa farandole de charcuterie, unissent désormais leurs forces pour défendre l’image d’un territoire amoureux des bons produits.


« Le travail en commun existe déjà. A force de se retrouver sur des évènements, nous avons déjà mutualisé des moyens, » retrace Sébastien Clauzel, président de l’Irouléguy. « Il s’agit cette fois d’aller plus loin dans la défense et le respect des AOP. Il faut travailler encore pour faire connaître nos techniques et nos pratiques vertueuses. A un moment où le consommateur cherche à s’y retrouver, à nous de montrer la qualité du travail sur ce territoire et d’expliquer pourquoi ces produits ont une vraie identité. »


Si d’autres régions ont plusieurs AOP sur un même territoire, comme les fromages en Savoie, le Pays basque est le seul à réunir quatre produits protégés différents sur un même territoire. Et la porte n’est pas fermée. « Si demain la cerise d’Itxassou ou la pomme basque obtiennent une AOP, nous aurons le plaisir de leur apporter notre soutien, » promet Michel Oçafrain, pour le kintoa. Au total les quatre premières familles génèrent déjà 2500 emplois directs.


Deux événements programmés en 2020…

En 2020, l’association va célébrer les anniversaires de chaque AOP autour de deux événements. Un premier rendez-vous est fixé fin mars aux professionnels, sur la côte basque pour les inciter à prescrire ces produits. Un deuxième salon destiné au grand public est à l’étude début mai, peut-être à l’intérieur du Pays basque.


« Vue la diversité de nos produits, il nous faut montrer nos valeurs et expliquer notre travail. » La Communauté d’agglomération, le Conseil départemental, la Région et l’Etat ont été appelés au tour de la table pour financer ces rendez-vous.

Trop béarnaise, l’AOP de Jurançon n’est pas prévue pour embarquer avec les appellations basques. Seul le fromage parvient à réunir les deux jardins du département.


Photo de Une : Dominique Saint-Martin, président e l’AOP Piment d’Espelette, Benat Saint-Esteben pour l’Ossau-Iraty, Michel Oçafrain pour le porc Kintoa et Sébastien Clauzel, pour le vin d’Irouléguy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *