INDEX

Succès pour « les 3 Givrées »

Le 14 Jan. 2015

Stéphanie Geyer-Barneix, Alexandra Lux et Itziar Avascal ont passé la Cap Horn en paddle

Rubriques :

Les 3 folles aventurières ont donc réussi l’incroyable exploit de parcourir 1.000 km dans les eaux glacées de l’Antarctique chilien, franchissant le redoutable et mythique Cap Horn à la rame sur leur frêle paddle-board.

Après des mois d’entraînement, puis 24 heures de navigation dans le détroit de Magellan pour rejoindre le point de départ, Punta Arenas, l’équipe de « Cap ô pas Cap » a parfaitement franchi les derniers obstacles.

Récit…

GIVREES 47 janvier – Boostées plus que jamais nos rameuses

A 17h, les 3 Givrées avaient déjà parcourues plus de 42 milles nautiques depuis 5h du matin. Message de Stéphanie Barneix : « C’est la meilleure journée de rame de ma vie, la compagnie des dauphins le matin et la succession des runs de l’après midi, c’est génial. Mais je suis un peu fatiguée, c’est le moment de s’alimenter et de se reposer, le prochain relai est dans 2h30 »…

Le vent se renforce pendant la journée, les filles rament avec plus de 20 noeuds de vent, elles surfent la vague et avancent à une superbe cadence.

 


GIVREES ANTARCTIQUE 48 janvier – Pourquoi un tel défi ?

Le voilier est amarré à Port Toro. Les rameuses et l’équipage ont été accueillis par 3 enfants du village. Visite du bateau et séance de questions : « Pourquoi un tel défi ? D’où sortent ces “engins” (paddleboard) encore jamais vus dans le coin. Ils échangent sur l’eau, ses dangers et comment la protéger. Les filles offrent à chacun une BD en espagnol sur le thème de l’eau. Un superbe moment… ».

« Reprise de la rame ce matin, les conditions sont bien plus difficiles que la veille. Après plusieurs relais avec un vent de face (plus de 20 noeuds), le capitaine décide de stopper l’expé car la situation devient dangereuse. Alexandra qui est à l’eau remonte alors sur le bateau et le point GPS est relevé. Ils partent s’abriter et Stéphanie prendra le premier relai demain matin à 04.00 (heure locale) à partir du point GPS ». 


 


GIVREES 39 janvier – The D-Day

« Nos rameuses devraient tenter de réaliser aujourd’hui l’exploit de passer le Cap Horn en paddle-board… Défi encore jamais réalisé à ce jour ! Hier, notre petit taureau espagnol, Itziar Abascal, a pris le premier relai à 13h30 dès que les conditions se sont améliorées. Elles ont ensuite enchainées jusqu’à minuit avec un vent de face encore assez puissant, de la houle et du courant. Notre vaillant voilier d’assistance progresse lentement au vu des conditions. Encore de jolies rencontres avec des lions de mer, des dauphins et au loin un banc de baleines… ».

 


GIVREES 6« C’est le grand jour, Nous avons décidé de partir tôt pour le passer rapidement. La météo change très vite et nous avons une bonne fenêtre météo de prévue pour ce vendredi. 4h30 sur la planche, j’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière car j’étais impatiente d’être sur l’eau. On y est !!! ».

 


GIVREES« Le plan d’eau est glassy pour commencer, mais on sait que le vent peut très vite souffler. On enchaine bien et au 2ème relais je contourne l’île du Cap Horn. Le vente et la houle sont enfin avec nous. Je pense à tous ceux qui nous soutiennent à terre : familles, amis, proches et aux enfants qui doivent être à l’école, aux enseignants qui nous aident pour parler de notre aventure. Aux bénévoles qui se sont démenés pour qu’on puisse être sur la planche, aux partenaires sans qui nous n’aurions pu partir… A notre équipe à bord qui donne beaucoup pour qu’on puisse avancer et atteindre notre rêve. Un grand MERCI pour tout ».

« Itziar est sur la planche pour Le mythique cap Horn. On se remet à l’eau avec Steph, après avoir offert un fois gras à Neptune (comme le veut la tradition : offrir à Neptune notre plat préféré), on rame ensemble pour immortaliser et partager ce moment toutes les 3. On l’a fait ! »


GIVREES ANTARCTIQUEStéphanie : « Hier soir minuit, il fait nuit, il fait froid, je finis mon relais, la journée est terminée et nous nous sommes rapprochées de notre objectif : le cap Horn. Il est juste à côté de nous.. Combien de fois j’ai rêvé de ce moment ! J’ai du mal a dormir tellement je suis excitée à l’idée de contourner ce cap mythique, lieu de rencontre entre l’océan pacifique et l’océan l’atlantique. Première fois qu’un paddle-board se trouve dans les parages. Nous avons vraiment ramé dur, vent de face pendant deux jours pour enfin y arriver. Car ce matin la météo semblait favorable à ce passage. Nous savions que ce week-end ce serait impossible au vu des conditions ».


 


GIVREES 7« Nous sautons a l’eau toutes les trois pour passer ensemble cette pointe mythique et l’émotion est forte. Après ce moment de partage les filles remontent sur le bateau et je continue mon relais. La famille qui habite le phare sort pour nous faire des signes en guise d’encouragements. Thomas fait son prélèvement d’eau et trouve plein de choses. Greg prend des photos et Matt surveille la nav ».

 


GIVREES 3« Plus tard vers 17h, nous devrons nous arrêter. Le vent fort de face nous empêche d’avancer. Ça s’est joué à quelques heures. Psychologiquement un soulagement : nous ramons pour rentrer à la maison. Merci à vous tous pour votre soutien si important. Il nous tarde d’atteindre enfin notre lieu arrivée. Le temps est très changeant dans cette région, mais nous espérons que lundi nous pourrons franchir cette ligne ensemble. Nous avons choisi la ville la plus australe du monde : Puerto Toro lat : 55°05′ long 067°05 : 12 habitants. Adishatz du Cap Horn et à très vite ».

Beaucoup d’émotions. L’exploit inédit vient d’être atteint. « Cap ô pas Cap » est le premier projet sur une installation si petite, et avec les mains dans l’eau, à passer le mythique Cap Horn.

 


GIVREES ANTARCTIQUE 810 janvier – 3 sur la même planche

Scoop : « Dans 1h30, nos 3 rameuses de l’extrême franchiront leur ligne d’arrivée à Puerto Toro, la ville la plus australe au monde. Elles seront toutes les 3 sur la même planche pour franchir cette arrivée… Tout l’équipage est tellement fier de l’exploit réalisé, avec des conditions météo très compliquées imposant une révision du trajet, mais avec une volonté de fer de nos sirènes du Cap Horn. Merci à tous pour vos messages de soutien, vous avez apporté une telle énergie aux rameuses qui leur ont permis de tenir bon face aux difficultés rencontrées… ».

Magnifique !

Tous les détails sur le page Facebook de Cap ô pas Cap

5 commentaires au sujet de cet article

  1. Magnifique!! Bravo pour cet exploit, bravo de réaliser des rêves, d’en garder toujours “sous le pied”, et en même temps de militer pour la protection de l’eau et sensibiliser tout le monde à notre responsabilité pour notre planète. Un grand merci et BRAVO à toute l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *