Abonnez-vous
Publié le

La Nouvelle-Aquitaine s’associe à la Compagnie des Pyrénées

L’enjeu est de faire entrer N’Py dans une autre dimension, de transformer l’offre touristique en montagne et de pousser plus loin l’exploitation des synergies entre les différents sites...
Il était question d’une entrée de la Nouvelle-Aquitaine au capital de la Compagnie des Pyrénées depuis le lancement de celle-ci, il y a maintenant deux ans, sous l’impulsion de l’Occitanie et de la Banque des Territoires. Votée en mars dernier, l’opération n’est donc pas une surprise, mais on en connaît un peu mieux les modalités.

La Nouvelle-Aquitaine apportera 400.000 euros à la structure établie à Lourdes, soit près de 9% du capital. Les deux régions administratives détiendront donc un peu plus du tiers du capital de la Compagnie des Pyrénées. Ajoutons que c’est le vice-président de la Région Bernard Uthurry, maire d’Oloron, qui représentera la Nouvelle-Aquitaine au conseil d’administration.

On rappelle que cette société anonyme d’économie mixte avait pour vocation d’étendre le champ d’action et les moyens de N’Py, qui fédère aujourd’hui 7 domaines skiables (Peyragudes, Piau-Engaly, Luz-Ardiden, Grand Tourmalet, Cauterets côté occitan, La Pierre Saint-Martin et Gourette côté néo-aquitain) et les trois sites touristiques du Pic du Midi, du Pont d’Espagne et de La Rhune. N’Py générerait aujourd’hui plus de la moitié du chiffre d’affaires des stations pyrénéennes.

Vers de nouveaux hébergements…

L’objectif de la Compagnie des Pyrénées est dès lors de fédérer à plus grande échelle et de réinventer l’offre touristique sur l’ensemble du massif, avec évidemment l’idée de sortir du « tout-ski » pour bâtir un véritable « tourisme 4 saisons ».

« L’ambition est bien de servir une offre touristique attractive et durable sur toute la chaîne des Pyrénées, une offre soucieuse des enjeux environnementaux et humains qui parie sur le développement des territoires plutôt que sur leur exploitation », exposait ainsi Michel Boussaton, président de N’Py, au moment du lancement de la Compagnie, qui se veut désormais « au service de toutes les stations du territoire, des Pyrénées-Atlantiques aux Pyrénées-Orientales ». On notera que le Département des Hautes-Pyrénées avait rejoint les actionnaires en fin d’année dernière.

Les stations et sites réunis via N’Py compteraient aujourd’hui un total de 1.200 salariés et quelque 66.000 lits touristiques. Alors que les nouvelles habitudes des Français en matière de tourisme semblent avoir profité cet été à la destination pyrénéenne, cette réunion d’acteurs de poids est une bonne nouvelle. Elle devrait ouvrir des perspectives dans l’optique de combler certaines lacunes touchant à l’hébergement ou encore au stationnement.

On notera ainsi que pour mener divers projets de développement de l’hébergement, s’est structurée cette année une « Foncière des Pyrénées » associant la SEM Arac Occitanie (Agence Régionale Aménagement Construction), la Banque des Territoires et la Compagnie des Pyrénées, avec déjà plusieurs projets dans les tuyaux, comme du côté de La Mongie à travers un nouveau « Skylodge » (concept d’auberge de jeunesse de nouvelle génération lancé par N’Py, avec un premier exemple à Piau-Engaly) et la réhabilitation des hôtels du Pourteil et du Taoulet.

Est également lancé un chantier de requalification du Château Villemur d’Ax-les-Thermes (acquis fin 2019 par l’Arac et Vinci) en complexe hôtelier 4 étoiles. Celui-ci devrait être achevé début 2023.

L’hôtel Mercure et le château Villemur à Ax-les-Thermes

Plus d’informations sur le site internet de N’Py

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi