Abonnez-vous
Publié le

Quand le fabricant béarnais de chaussures marche sur Paris

La marque pyrénéenne Le Soulor, basée à Nay, ouvre une boutique dans le 3ème arrondissement. Un nouveau défi relevé par une équipe talentueuse…
Entreprise du Patrimoine Vivant depuis l'an dernier, Le Soulor fabrique des chaussures dans les Pyrénées depuis presque 100 ans. Une histoire riche, qui manquait d'un chapitre parisien. Ce sera donc réglé en décembre, avec l'ouverture d'une boutique 65 rue de Turenne.

Créé en 1925, l’ex-fabrique Paradis-Pommiès travaillait des chaussures à la main pour les bergers et les randonneurs… ses modèles pour la randonnée (Ossau et Vignemale) et ceux pour la ville, montés en cousu norvégien, ont construit sa réputation.

La marque baptisée Le Soulor, a préservé un solide savoir-faire malgré des période difficiles. Depuis 2016, Stéphane Bajenoff et Philippe Carrouché ont relancé l’atelier de Pontacq, avant de l’installer à Nay pour se donner les moyens de partir à la conquête de nouveaux marchés.

Il faut savoir que 80 à 90% des matières premières viennent de la région. Ainsi, le cuir est tanné chez Rémy Carriat à Espelette, qui fournit Lancel et Hermès. Des cuirs spéciaux de saumon sont préparés par la Maison Casteigt à Pau. Pour les cuirs gras, Le Soulor fait appel à Nicolas Degermann, tanneur alsacien récemment racheté par Chanel. Quant aux semelles , elles viennent de la Bertoise, dans l’Allier et de chez l’italien Vibram.

A la conquête de la capitale

L’Atelier pyrénéen se lance donc un nouveau défi en ouvrant une boutique à Paris. De quoi faire plaisir à la clientèle parisienne qui réclamait cette adresse dédiée à la marque, mais aussi d’avoir une vitrine dans cette ville où convergent de nombreux fans du Soulor, en provenance d’autres régions françaises.

Rue de Turenne, on pourra essayer des modèles, faire ses choix de cuirs et de semelles personnalisées, prendre des empreintes pour du semi-mesure et profiter de tout le service après-vente (confort, ressemelage...).

C’est une nouvelle étape pour le développement de l’entreprise béarnaise qui devrait passer la barre des 2.800 paires de chaussures fabriquées depuis Nay. Après la Grande Exposition du Fabriqué en France à L’Elysée, en juillet dernier, Le Soulor a participé à deux autres temps forts à Paris : le Salon international du patrimoine culturel au Carrousel du Louvre fin octobre ; puis, le Salon du Made in France, Porte de Versailles, mi-novembre. En attendant don de s’installer dans le 3e arrondissement, avant Noël.

Informations sur le site internet du Soulor à Nay en Béarn

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.