Abonnez-vous
Publié le

Une nouvelle vie pour les poules réformées

Depuis Brugnens dans le Gers, l’association créée par Heidi Cameau vole au secours des pondeuses d’élevage destinées à l’abattoir. Une initiative qui gagne d’autres départements d’Occitanie.
Champs libres aux poules dans le Gers
Ses nombreuses années passées en Angleterre y sont sans doute pour beaucoup dans la mission que s’est lancée cette Française de 38 ans, de retour dans son pays natal en 2019. Qui, en effet, s’intéressait jusqu’ici au sort des poules réformées, condamnées à l’abattoir après 18 mois de bons et loyaux services dans les élevages ?

Heidi, elle-même propriétaire d’une quarantaine de gallinacées venues d’outre-Manche avec tous les certificats nécessaires, s’en soucie. Et quand un voisin lui apprend qu’il s’apprête à se séparer d’une partie de son élevage devenu “obsolète”, elle lance illico un appel sur les réseaux sociaux qui permet, en une semaine à peine, d’en sauver 400. Un vrai succès !

Sur le modèle britannique du British Hen Welfare Trust qui la soutient, elle décide de fonder sa propre association début 2020. “Champs Libres aux Poules“ ne laisse aucun doute sur l’objectif fixé : offrir une deuxième vie beaucoup plus sereine à ses protégées en les faisant adopter, et leur éviter ainsi l’abattoir.

Et ça marche du tonnerre. Une équipe de bénévoles la rejoint rapidement, et tout se met en place pour organiser régulièrement des opérations de sauvetages. Il s’agit d’aller récupérer les poules concernées chez les éleveurs qui s’en séparent, pour les amener sur les points de collecte où leurs nouveaux propriétaires – bien briffés à leur éducation avant et pendant l’adoption, et adhérant à la charte éthique de l’association - les attendent avec impatience et enthousiasme.

Il s’agit essentiellement de poules rousses, provenant d’élevages pouvant être bio, de plein air, au sol ou en cage. Ce qui explique l’aspect parfois déplumé à l’arrivée pour certaines, mais qui sera vite réparé par la suite grâce aux soins de leur famille adoptante. Tout comme la ponte, qui peut être perturbée les premiers temps.

En plus d’offrir la possibilité de déguster régulièrement des œufs ultra frais, ces nouvelles venues vont permettre de réduire considérablement le volume des déchets alimentaires du foyer, de fournir un engrais naturel riche en azote, tout en débarrassant le jardin de mauvaises herbes et de ses bêtes noires, comme les chenilles, les limaces, les pucerons…

L’association, qui a sauvé près de 15.000 poules depuis 2020, souhaite aller plus loin en faisant évoluer les mentalités, pour qu’elles ne soient plus considérées comme de simples volatiles de basse-cour sans grand intérêt, mais de vrais animaux de compagnie. Pas question bien sûr de les promener en laisse, mais quelques attentions leur regonfleront le moral, et il est fort probable qu’elles décident de vous adopter à leur tour, au point de devenir partie intégrante de la famille.

“Champs Libres aux Poules” est désormais présente sur huit départements d’Occitanie (Ariège, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne), à travers 21 points de collecte.

Les personnes intéressées doivent se mettre en lien avec l’association pour connaître les prochains sauvetages prévus dans leur secteur. Une donation libre (environ 4 euros par poule) permet de couvrir les frais et soigner les poules qui en ont besoin avant d’être adoptées. Les bénévoles sont bien entendu les bienvenus…

Informations sur le site internet de Champs libres aux poules dans le Gers

Photos DR

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.