Abonnez-vous
Publié le

Une révolution pour le logement au Pays Basque ?

Ce samedi 5 mars, les élus de la Communauté d’agglomération vont se prononcer sur une mesure qui pourrait changer la donne.
COUCI-COUÇA – Tourisme : moyen en juillet, prometteur en août
Une majorité d’entre-eux semble décidée à imposer une obligation de « compensation » pour les propriétaires qui pratiquent la location saisonnière en meublé.

Face à la pénurie de logements pour les personnes habitant au Pays Basque à l’année, le débat s’est imposé. Il s’est intensifié ces derniers mois avec le constat que le nombre des locations estivales a plus que doublé en 5 ans : autant d'appartements et maisons qui restent fermés le reste de l’année.

Le développement spectaculaire des plateformes comme Airbnb accélère le phénomène qui, en plus, vient sévèrement concurrencer le secteur hôtelier.

Il faut savoir aussi que cette très forte mobilisation de biens immobiliers pour accueillir les touristes pendant les périodes de vacances fait grimper les prix au point de devenir inabordables. Si bien qu’il devient difficile pour bon nombre d’entreprises, et notamment les TPE et PME, d’attirer de nouveaux collaborateurs, faute de pouvoir leur permettre de se loger à distance raisonnable.

Le problème n’est pas nouveau. La nouveauté vient de la volonté d’un certain nombre d’élus de trouver des solutions concrètes pour au moins ralentir le phénomène et faire baisser la pression. De nombreuses pistes ont été étudiées, mais c’est finalement le principe de « compensation » qui a été retenu comme mesure phare.

De quoi s’agit-il ? Tout logement bénéficiant d’un changement d’usage pour la location touristique devra faire l’objet d’une compensation. Concrètement, le propriétaire aura l’obligation de dédier un autre logement pour une location classique à l’année. C’est-à-dire qu’il devra faire des travaux pour transformer un autre local jusque-là dévolu à un autre usage que le logement (garage, bureau, etc).

Cette transformation ne pourra pas concerner des locaux commerciaux, situés au rez-de-chaussée, afin de préserver le réseau des commerces de proximité. De plus, le nouveau logement de compensation devra être situé dans la même ville et avoir au moins la même surface que le meublé touristique.

Cependant, les résidences principales mises en locations touristiques dans la limite de 120 jours par an ne seront pas concernées. De même que les logements loués à des étudiants pendant au minimum neuf mois. Ou encore, ceux inclus dans l’emprise de la résidence principale.

Si elle est votée, cette mesure devrait s’appliquer dans les 24 communes de la zone dite « tendue » (littoral et rétro-littoral). On comprend pourquoi la tension est montée d’un cran à l’approche du vote de ce samedi.

A suivre.

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi