INDEX

10.000 amateurs de bières vont se faire plaisir

Le 13 Oct. 2017

Les halles Iraty accueille le 2e Biarritz Beer Festival jusqu’au 15 octobre, avec un choix de 400 cervoises, dont les « locales ». La modération sera de rigueur !

L’époque où on entrait dans un bistrot en disant, « patron, une bière ! » est révolue. C’est vrai ça, on ne dit pas, « patron, un verre de vin ! » mais : un petit blanc sec, un Bordeaux, ou un Côtes ! Il en va désormais de même pour les bières.


Certains les préfèrent douces, des fois qu’insidieusement elles vous montent à la tête. Certains les voudront plus corsées (la Pietra… corse). On privilégie les marques, voire les productions artisanales.

Ce sont celles-là que quelque 10.000 amateurs de cervoise peuvent découvrir aux halles Iraty, jusqu’au 15 octobre, à l’occasion de la seconde édition du Biarritz Beer Festival.


Avouons, il est des festivités plus désagréables. Car ici, on peutdécouvrir, et déguster avec modération, siouplaît, plus de 400 bières, concoctées par des brasseurs espagnols, belges, irlandais, brésiliens, américains. Et basques, bien sûr.

D’ailleurs les organisateurs (Le Cercle biarrot des amateurs de bière) se sont assuré la présence de nombreux « biérologues » et maîtres brasseurs, venus défendre l’art et le goût de leurs produits.


La mode est aux bières artisanales, et on ne saurait s’en plaindre, puisqu’on dénombre sur l’ensemble du pays 1.125 exploitations ou marques.

Pas des mastodontes, mais des microbrasseries, un phénomène né à la fin des années 70 au Royaume-Uni, offrant au consommateur des « bières identitaires » ou « bières de terroir ».


Si certaines ne valent pas tripette, d’autres sont carrément savoureuses. Le public est de plus en plus attiré par ce côté artisanal, synonyme de qualité et d’attention, en même temps qu’il éprouve un légitime ras le bol de trouver les mêmes bières partout.


Certains se lancent même dans leur propre production, dans leur cuisine ou leur garage ; on trouve ainsi des « kits de démarrage » pour faire sa bière à soi. Beaucoup sont déçus, car mélanger les différentes graines maltées reste un art, qui ne s’apprend pas en une semaine.

Celles-là, on ne les trouve pas sur les 2.500m d’Iraty de ce vendredi (à partir de 17h) à dimanche, mais tant le nombre que la qualité sont bien présents.


Petite précision : l’entrée est gratuite, ce qui ne constitue pas une raison pour abuser du divin breuvage !

Informations sur le site du festival

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *