SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés – HyperloopTT, une innovation XXL

Le 19 Jan. 2020

Le « train » à 1.200 km/h, à l’essai dans la Ville Rose, vise à révolutionner les transports depuis l’Occitanie. Une première étude d’impact doit être lancée dès cette année…

L’incroyable HyperloopTT prend tournure à Toulouse. Le but du bolide à lévitation magnétique est de relier la Ville Rose à Paris en 40 minutes. Une étude de faisabilité devrait être prochainement lancée en Occitanie, concernant une ligne entre Toulouse et Montpellier.


A l’origine de ce méga projet, on retrouve le très célèbre milliardaire américain, Elon Musk, porteur de projets spectaculaires (la fusée Space X, la voiture électrique Tesla…). Puis également, le patron de Virgin, Richard Branson, même s’il s’est retiré récemment du conseil d’administration tout en restant actionnaire majeur.

Aux Etats-Unis, une étude a été réalisée avec l’agence des transports de l’Ohio, sur l’Hyperloop concernant le transport de voyageurs et de marchandises dans la région des Grands Lacs, pour des liaisons entre Chicago, Cleveland et Pittsburg. Elle met en avant qu’il « répond aux besoins de la région en termes de capacité et le fait de manière plus rapide, plus économique et plus durable que les autres options actuellement disponibles ».


A Toulouse Francazal, les tests ont commencé…

La version française de l’Hyperloop prend tournure depuis le centre de recherche et de développement installé sur l’ex-base militaire de Toulouse-Francazal. En janvier 2017, la Région Occitanie a décidé de s’associer au projet, et d’investir 1 million d’euros. De même, la SNCF a rejoint l’expérimentation de ce mode de transport révolutionnaire.

Des essais grandeur nature sont en cours sur la base toulousaine sur une piste de plus de 300 mètres de long. Un nouveau tube en acier va être installé sur une longueur de 1 km et à une hauteur de 5 à 6 mètres. De quoi, tester cette fusée sous tube avec des passagers.


La première capsule, fabriquée en Andalousie, près de Cadix, est déjà arrivée à Toulouse depuis plusieurs mois. D’une longueur de 32 mètres et d’une largeur de 15 mètres, elle est fabriquée avec un matériau composite « intelligent », le vibranium.

L’Hyperloop est boosté par l’activation de champs électromagnétiques à l’intérieur du tube, vidé de son air pour supprimer les frottements. La capsule est dotée d’un moteur à induction linéaire, alimenté par des batteries.


Passé une certaine vitesse, elle décolle automatiquement avec un effet de lévitation. C’est ainsi que ce « train » révolutionnaire peut atteindre une vitesse de 1 000 km/h jamais atteinte en transport terrestre, et sans mur du son.

Le défi technologique de l’Hyperloop TT est un élément supplémentaire pour accélérer la mise en place d’un véritable pôle de la mobilité du futur. En effet, à proximité, on trouve Easy Mile, qui travaille sur le développement de véhicules sans conducteur. Et bientôt, un centre d’essais des constructeurs automobiles français pour le véhicule autonome.

Bien entendu, pas loin de là, Airbus avance sur la voie de véhicules volants autonomes qui feront partie, demain, des modes de transport urbain.

Informations sur le site hyperlooptt.com


3 commentaires au sujet de cet article

  1. C’est navrant. Dépenser pour ce projet qui sera enterré car non rentable : pourquoi ne pas améliorer des solutions déjà existantes ? En + la ville rose est très mal désservie par les trains : de qui se moque-t-on ? Des usagers certainement: quelques grands patrons pourront se payer le billet, et encore… ils ont leurs jets privés, ils s’en fichent. Les autres circuleront toujours en oui bus. J’espère que l’argent du contribuable n’est pas dilapidé dans ce projet !!

  2. ce projet n’aboutira pas car il a été créé par des petits malins qui n’ont qu’un but : valoriser une société fictive puis la revendre avant que l’on s’aperçoive qu’il n’y a rien derriere . Tout est “fake”.
    Les societes peuvent participer mais ne sont payées qu’en action d’un société qui ne vaut encore rien . Tout l’art de crééer une bulle “hyperloop” .
    Il est evident qu’on ne va pas créer le transport du futur avec 15 salariés. Moudenc et Delga se sont faire avoir car ils n’y connaissent rien en technique et sont mal conseillés.

  3. Perso j’approuve ce projet, au début du train les gens avaient peur que leurs corps ne résistent pas à une vitesse de 50km/h… les trains roulent à plus de 300 aujourd’hui, qui aurait parié sur l’avion lorsque les frères Wright ont fait leurs premiers bons… aujourd’hui nous faisons le tour du monde.

    Alors oui, je souhaite bonne chance à l’hyperloop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *