INDEX

Entreprise d’ici - Akira, la pépite technologique

Le 10 Oct. 2018

Elle affiche ses ambitions en s’installant à la Technocité de Bayonne. De la moto à l’aéronautique, la société bénéficie d’une solide réputation internationale…

C’était il y a quatre ans : au dernier tour du Bol d’Or 2014, le Team SRC Kawazaki, parti pourtant en 16e position, l’emporte pour la troisième fois consécutive. Le début d’une belle saga.


La victoire a été acquise grâce au talent de ses pilotes, bien sûr, mais aussi à celui d’une entreprise biarrote, Akira Technologies, spécialisée depuis onze ans dans la performance des moteurs de pointe, ainsi que bien d’autres équipements.

C’est un haut lieu de l’ingénierie française, et pourtant, l’atelier ne paie pas de mine. Situé dans la zone Saint-Frédéric, il accueille des ingénieurs plutôt pointus, tant spécialisés en mécanique (bureau d’études, fabrication, assemblage et mise au point), qu’en électricité et électronique, et informatique industrielle.


En ce qui concerne les motos, c’est là que leurs moteurs sont autopsiés, avec essais d’endurance et de performances, mises au point mécanique et électronique, et bilans thermiques. Sans oublier les essais d’aérodynamisme interne, ou les analyses cliquetis. Tout y est réuni pour fournir aux teams de compétition des moteurs à la fois fiables et performants, à raison de quatre moteurs par pilote et par saison.

L’activité d’Akira ne se cantonne pas à la moto. Elle intervient également pour des entreprises aussi prestigieuses que Safran, Liebherr, Total, SFK, Siemens, PSA ou Valeo. Mais c’est dans l’aéronautique que l’entreprise grandit à vue d’œil, puisqu’elle développe pour Turbomeca des composants de moteur, teste la régulation de ceux d’hélicoptères, à des températures extrêmes et réfléchit sur la climatisation des avions. Bayonne, Silicon Valley à la française, on y va, on y va…


Voilà sans doute la raison pour laquelle les locaux de la rue de la Galupe, qu’occupent ses trente salariés, s’avèrent désormais trop exigus. Grâce à l’intervention de l’ex Agglo Côte basque Adour, l’entreprise s’est vue proposer un terrain de plus de 2.000 m², sur lequel elle va édifier sa prochaine usine, sur 1.600 m². L’investissement total atteint les 2,5 millions d’euros, couverts en partie par la Région, grâce aux fonds européens Feder, pour 500.000 euros.

Inauguration dans un an, gaz à fond !

Informations sur le site internet d’Akira

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *