Cofim
L’information en Béarn du 10/06/2019
Partenariat Presselib en partenariat avec
Partenariat Presselib

Chardy-Martin un double plein de promesses

Le binôme basco-béarnais a régalé aux Internationaux de tennis de Roland-Garros. Il a envoyé un premier signal en vue de la future « Coupe Davis » nouvelle formule…

Rubriques :

Samedi dernier, le Palois Jérémy Chardy et le Bayonnais Fabrice Martin, spécialiste du double, n’auront pas réussi à faire vaciller la paire allemande composée des étonnants Kevin Krawietz et Andreas Mies.


Photo : FFT – Corinne Dubreuil

Mais la quinzaine des deux copains d’enfance, Porte d’Auteuil à Paris, a valu le détour et pourrait augurer de très belles choses pour la suite. Chardy et Martin ne succèderont pas (tout de suite) aux paires Leconte-Noah (1984), Benneteau-Roger-Vasselin (2014) et Herbert-Mahut (2018) au palmarès du double messieurs de Roland-Garros. Ils se sont inclinés 6/1, 7/6 en finale, malgré une belle résistance dans la seconde manche.


Photo : FFT – Cédric Lecocq

Après avoir éliminé d’excellents adversaires, et notamment la paire formée par le brésilien Marcelo Melo et le polonais Lukasz Kubot (vainqueurs ensemble à Wimbledon en 2017, tandis que Melo avait remporté le double de Roland Garros en 2015 avec le croate Ivan Dodig) en huitièmes de finale, nos compatriotes n’auront pas trouvé la solution contre Krawietz et Mies, qui se seront montrés beaucoup plus costauds que leur classement (49e et 50e mondiaux en double) pendant toute la quinzaine. Ils ont notamment éliminé la paire franco-autrichienne Mahut-Melzer au deuxième tour. La dernière victoire 100% allemande en double à Roland-Garros remontait… à 1937.


Une association prometteuse bien de chez nous…

Après leur victoire en demi-finales contre les colombiens Cabal et Farah, accrocheurs, les deux Français étaient pourtant remontés comme des pendules. « On est du Sud-Ouest donc il y a toujours de l’ambiance entre les Béarnais et les Basques », avait commenté Fabrice Martin à l’issue de la rencontre, au cours de laquelle les deux hommes avaient évidemment pu profiter des encouragements du public français, tout comme ce samedi.

Le Bayonnais de 32 ans, dont la carrière professionnelle a débuté en 2005, est moins connu que le Palois, toujours classé aux environs de la quarantième place mondiale en simple (et par conséquent régulièrement dans les tableaux finaux des tournois du grand chelem), mais il a également une longue expérience tennistique. Il a notamment atteint la 228e place mondiale ATP en simple (en 2012) et la 33e en double, avec 5 titres à son actif. Il a choisi de se concentrer sur cette seconde spécialité il y a près de 5 ans.

Après la demi-finale, Jérémy Chardy s’était montré plutôt enthousiaste à propos de son association avec son ami Fabrice Martin : « Si on nous avait dit qu’un jour on serait en finale à Roland ensemble, on aurait signé tout de suite. On s’entend vraiment super bien et c’est une force sur le terrain car c’est rare les équipes de vrais potes, comme nous ».


Le rendez-vous est pris pour novembre ?

Avant Roland-Garros, ce binôme (qui avait remporté le double Messieurs à Doha il y a deux ans) avait déjà fourni des gages d’efficacité cette année, puisque le Basque et le Béarnais ont remporté l’open 13 de Marseille en février et l’open d’Estoril fin avril. Leur enchaînement de bons résultats devrait donc les inviter à renouveler l’expérience, et pourquoi pas d’aller essayer de décrocher la timbale à Wimbledon le mois prochain ou à l’US Open en septembre.


Et bien sûr, si cette équipe à 100% de chez nous cartonne lors de ces prochains grands rendez-vous, on ne pourra plus l’ignorer en vue de la première Coupe Davis remaniée, qui aura lieu du 18 au 24 novembre sur une semaine (la France est qualifiée d’office en tant que finaliste 2018).

En attendant, les deux joueurs tenaient tout de même un discours positif à l’issue de cette finale perdue : « Roland-Garros est mon tournoi favori et c’était fabuleux de jouer devant vous tous. Surtout avec mon meilleur ami », a notamment déclaré Jérémy Chardy pendant la remise des trophées. On espère bien voir ces deux-là frapper encore plus fort la prochaine fois !

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *