Abonnez-vous
Publié le

Equipements hiver obligatoires dès le 1er novembre

Dans les zones de montagne des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, les véhicules devront pouvoir rouler sur la neige…
neige route
Le dispositif, prévu dans la loi Montagne 2, entrera en vigueur ce 1er novembre et jusqu’au 31 mars 2022.

Il sera obligatoire d’être munis d’équipements spéciaux adaptés aux conditions de circulation hivernales pour circuler en zone montagneuse, que l’on y habite ou que l’on soit simplement de passage.

Les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées sont concernés, reste à connaître la liste des communes concernées qui sera établie par les deux Préfectures.

L’objectif est de limiter les problèmes de circulation sur les routes dans ces territoires et d’améliorer la sécurité des usagers. Tous les véhicules devront donc soit avoir des chaînes à neige (métalliques ou textiles) permettant d’équiper au moins deux roues motrices, soit être équipés de quatre pneus hiver certifiés 3PMSF.

Cette obligation concerne les véhicules légers, utilitaires et les camping-cars. Elle ne s’applique pas aux véhicules équipés de pneus à clous.

Les autocars, autobus et poids lourds sans remorque ni semi-remorque seront également soumis à ces obligations. Les poids lourds avec remorque ou semi-remorque devront quant à eux détenir des chaînes à neige permettant d’équiper au moins deux roues motrices, même s’ils sont équipés de pneus hiver.

Une signalisation indiquera aux usagers de la route l’entrée dans une zone où les obligations d’équipements s’appliquent, et la durée de la période hivernale.

En cas de non-respect de cette obligation, l’automobiliste sera passible d’une amende de quatrième classe, soit 135 euros, ainsi qu’à une immobilisation possible de son véhicule.

La Préfecture des Hautes-Pyrénées a arrêté une liste de 55 communes, au-dessus de 1000 mètres. Dans 35 communes, toutes les routes sont concernées par cette obligation ; dans les 20 autres, certaines voies sont hors du dispositif, comme à Cauterets.

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.