Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

Des micro-forêts en zone urbaine

Olivier Ducuing, l’un des fondateurs de l’association Liken, basée à Bizanos, veut développer le projet Arboretoom dans les Pyrénées-Atlantiques…
ARBORETOOM 00
Le but est de planter des micro-forêts en zone urbaine avec des arbres endémiques de la région pour préserver la biodiversité, lutter contre le réchauffement climatique et sensibiliser les plus jeunes à l’environnement.
  • Avec la multiplication des épisodes caniculaires et la formation d’îlots de chaleur, l’atmosphère de nos villes devient suffocante. Les arbres sont l’une des solutions les plus évidentes pour rafraîchir et purifier nos espaces de vie. C’est le constat de l’association Liken, qui cherche à implanter des micro-forêts au cœur des villes.

    Il y a deux ans, les membres de cette association ont découvert par hasard les travaux de Akira Miyawaki, un botaniste japonais expert en écologie végétale et spécialiste des graines et de l’étude de la naturalité des forêts. Akira Miywaki travaille sur la forêt primaire pour préserver les sols et réduire l’avancée du changement climatique.

    Il a développé, testé et affiné une méthode de génie écologique connu sous le nom de « méthode Miyawaki » : une grande densité d’arbres originaires d’une même région (trois à cinq par mètre carré) et un entretien soigné pendant deux à trois ans permettraient de restaurer des forêts indigènes à partir d’arbres. Il a ainsi restauré avec succès plus de 1.300 sites au Japon et dans divers pays tropicaux. Ces micro-forêts sont un outil puissant pour lutter contre les dérèglements climatiques.

    Depuis sa création il y a trois ans, l’association Liken utilise l’art (le street art et le land art) pour aborder la thématique environnementale. « En découvrant les résultats du projet du botanistes japonais, nous nous sommes aperçus que le potentiel des arbres était énorme dans la préservation de l’environnement », précise Olivier Ducuing, l’un des fondateurs de l’association Liken (basée à Bizanos). Après de nombreuses recherches sur le sujet, Liken a décidé d’adapter la méthode Miyawaki aux Pyrénées-Atlantiques.

    Lancé fin 2018, le projet Arboretoom vise à planter des micro-forêts en milieu urbain et péri-urbain, dans une démarche environnementale au sens large et en faveur de la biodiversité. « L’idée est d’adaptée le type de micro-forêt en fonction de nos besoins », souligne Olivier Ducuing. Des forêts-écoles « pour permettre aux enfants de venir en famille ou avec leurs enseignants pour en apprendre davantage sur la biodiversité », la restauration d’un corridor vert, des refuges pour la biodiversité afin de recréer un environnement propice au développement de la faune, des ilots de fraîcheur pour lutter contre le réchauffement climatique… toutes les options sont sur la table.

    Une première micro-forêt au nord de Pau…

    La première micro-forêt sera plantée en janvier 2020 sur une petite parcelle proche de la MJC du Laü à Pau. « Nous avons choisis d’ensemencer une forêt nourricière sur cette parcelle », révèle Olivier Ducuing. Ainsi, près de 800 arbres et un verger d’une quinzaine de fruitiers (pruniers, poiriers, pommiers, merisiers et cerisiers…) seront semés sur un terrain de 400 m2.

    « Dans quelques années, quasiment tout ce qui aura poussé sur cette parcelle sera comestible », se réjouit-il. Cette initiative est aussi un moyen de créer une dynamique écocitoyenne positive. « Nous allons lancer un appel à bénévoles pour planter la première micro-forêt, au début du mois de janvier. Les personnes qui sont intéressées par cette action pourront ainsi s’y investir pleinement ».

    Depuis septembre dernier, Arboretoom prend de plus en plus d’ampleur. « Nous avons déjà une quinzaine de projets sur la table, et trois autres viennent de s’ajouter », explique Olivier Ducuing. Parmi eux, on peut citer une collaboration entre Liken et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour pour implanter des micro-forêts écoles au cœur du campus. « Le site dispose de nombreux espaces arborés, mais il s’agit là d’ornementation. Nous voulons y créer une véritable forêt ». Les étudiants pourraient même être amenés à participer à ce projet.

    Liken souhaite également mettre en place une pépinière éco-participative, en cogestion avec d’autres associations du territoire. « A termes, nous voulons construire une filière entière et coopérative sur le territoire », conclut Olivier Ducuing.

    Informations sur arboretoom.com

     

    À lire aussi