Abonnez-vous
Publié le

PRODUCTEUR DU JOURLe fromage en or de la ferme Cazajous

Maryse et Charles Cazajous élèvent des chèvres depuis 27 ans et utilisent leur lait pour en faire des fromages. Un savoir-faire récompensé à de multiples reprises…
Charles, Maryse et leur fils Thibaut Cazajous  fabriquent du fromage de chèvre.
À Labatmale (près de Nay), la ferme familiale de 65 hectares (dont 45 hectares de maïs destinés à nourrir les bêtes et à la vente) possède 50 blondes d’Aquitaine et 165 chèvres (Alpine et Saanen).

En 2017, la ferme Cazajous participe pour la première fois à la foire du 1er mai d’Oloron-Sainte-Marie et obtient la médaille d’or pour ses tommes au lait de chèvre. Maryse et Charles concourent l’année suivante au Salon de l’Agriculture à Paris, où leur fromage à pâte pressée non cuite obtient la médaille d’argent.

Une véritable reconnaissance de notre travail quotidien, très physique, et de notre savoir-faire.

« On s’est rapidement pris au jeu. C’est une véritable reconnaissance de notre travail quotidien, qui est très physique, et de notre savoir-faire. Le monde agricole et les éleveurs ont besoin de ce type de visibilité, car nous devons faire face à de nombreuses difficultés », explique Maryse Cazajous, qui a travaillé pendant 12 ans dans la grande distribution avant de suivre une formation agricole pour aider son mari sur l’exploitation en 1996.

S’ensuit une myriade de récompenses : médailles de bronze en 2019 et 2020 et argent en 2022 au Salon de l’Agriculture de Paris, et deux médailles d’or au concours de fromages de la Foire du 1er mai en 2022 à Oloron (catégorie chèvre lactique et chèvre tomme). Chaque année, la ferme Cazajous fabrique 4.000 tommes au lait cru, qui sont ensuite affinés chez les « Bergers du Haut-Béarn », à Oloron.

Une activité familiale à plein temps

« S’occuper des chèvres et fabriquer le fromage représentent la majeure partie de notre travail : entre janvier et février, les chèvres mettent bas et la lactation débute en février pour se poursuivre jusqu’en décembre. Durant cette période, je fabrique des fromages tous les deux jours dans mon laboratoire. C’est une activité très physique et qui varie d’une fois à l’autre, car nous sommes tributaires du temps, de l’alimentation et du lait », souligne l’éleveuse.

Chez les Cazajous, enfants et parents ont chacun des rôles définis dans l’exploitation : Thibaut, le fils, s’occupe des vaches, Manon, la fille, a la charge de l’administratif, des réseaux sociaux et des livraisons, Charles du maïs et Maryse de la fabrication du fromage (un savoir-faire appris auprès d’un technicien de la coopérative des fermiers Basco-Béarnais, à Accous). Pourtant, toute la famille met la main à la pâte quand il s’agit de chouchouter ses chèvres. « Quand je suis avec les chèvres et dans mon laboratoire, je suis dans mon élément. Ce sont des bêtes attachantes, plus dociles que les brebis et moins distantes de l’homme », note-t-elle.

Les fromages de la ferme Cazajous sont disponibles en vente directe, mais aussi au V and B de Pau, au Super U de Bénéjacq, au Fermier Bigourdan à Ibos et chez Paule Baylacq à Nousty. Encore un produit de qualité bien de chez nous !

Voir Page Facebook

Commentaires (1)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Agathe HAEFELIN
il y a 6 mois -
En tant que membre du jury de l'édition 2022 pour la tomme de chèvre, je ne peux que me réjouir de cette belle mise en avant, c'est amplement mérité. Bravo les Cazajous !

À lire aussi