Abonnez-vous
Publié le

Maïsadour parie sur le soja et va créer une usine à Saint-Sever

Le groupe coopératif landais, en collaboration avec le Gersois Vivadour, s’appuiera sur ce site de trituration pour atteindre son objectif de transformer 30.000 tonnes de graines de soja par an…
Alors que la récolte de soja prend fin et que sa nouvelle société Graine d’Alliance en assure la collecte, Maïsadour a confirmé la nomination d’un nouveau directeur général, l’ingénieur Christophe Bonno.

Nous vous l’annoncions à la rentrée : via leur nouvelle société « Graine d’alliance », les coopératives Vivadour et Maïsadour souhaitent développer une filière pour « approvisionner le marché de la nutrition animale en tourteaux de soja sans OGM et 100 % local ». Pour les adhérents, la récolte qui s’achève actuellement passera donc pour la première fois par cette société, dont la future usine de Saint-Sever entrera en fonctionnement au premier semestre 2022.

« Préparation des graines, décorticage, cuisson, pressage, filtration, l’objectif est de transformer 30.000 tonnes de graines de soja par an », exposaient les deux coopératives cet été. Ces dernières ont indiqué qu’elles visaient un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros à l’horizon 2024. Pour piloter leur usine, elles s’appuieront sur l’expertise industrielle de Sud-Ouest Aliment (Soal). Derrière ce projet, l’idée est également de mieux valoriser la récolte pour les agriculteurs, notamment en leur offrant une meilleure visibilité sur les prix.

Et puis comme le soulignait Michel Prugue, président de Maïsadour, « développer la production locale de soja, c’est aussi diversifier l’assolement des agriculteurs sur notre territoire du Sud-Ouest ». Or puisque la demande est là du côté de l’alimentation animale, il s’agit de limiter au maximum les importations de soja et de favoriser nos agriculteurs pour couvrir les besoins locaux.

Un nouveau directeur général…

L’activité de la nouvelle usine « sera dédiée à plus de 90% à la trituration de graines de soja local et disposera de deux autres ateliers, eux aussi dédiés à l’alimentation animale. Le premier destiné à la fabrication du floconnage de maïs et orge locaux, le second au mélange de graines basse-cour », ont indiqué les deux groupes, qui précisent que les co-produits en huile et coques seront eux aussi valorisés.

Alors que la récolte s’achève, on notera qu’il y a aussi du nouveau du côté de l’état-major de Maïsadour. Ce 20 octobre, le groupe coopératif a annoncé la nomination de Christophe Bonno au poste de directeur général, en remplacement de Philippe Carré, parti en février dernier après l’avoir occupé 5 ans. C’est Michel Prugue qui assurait l’intérim avant cette nomination.

Ingénieur agroalimentaire, Christophe Bonno a déjà opéré chez des agroindustriels (Jean Caby, Madrange), mais aussi et surtout dans la distribution, au sein du groupement Les Mousquetaires (Intermarché). Il a notamment occupé le poste de directeur général d’Agromousquetaires, pôle industriel du groupement. Fort de cette riche expérience, « sa mission sera d’accélérer le retour à la croissance et de poursuivre la transformation engagée par le groupe », explique Maïsadour. Et le nouvel homme fort du groupe coopératif gardera donc un œil sur cette nouvelle filière soja…

Plus d’informations sur le site internet de Maïsadour

Pour lire notre dernier article sur Maïsadour, cliquez ici

Commentaires (1)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Gilles Boueilh
il y a environ 1 an -
Bonjour ou peut on postuler s il vous plait merci

À lire aussi