INDEX

PARCOURS – La réussite de l’autodidacte Jérémy Jacquin

Le 31 Déc. 2020

Désormais installé à Saint-Jean-de-Luz, il a développé un véritable groupe d’entreprises à partir d’une première société dans le nettoyage industriel…

Rubriques :

Son histoire professionnelle débute à 16 ans. Alors résident de Neuilly-sur-Seine, en région parisienne, il trouve un job pour payer le loyer de sa très modeste chambre de bonne de 9 m².


Jérémy Jacquin fait des ménages, tout en continuant ses études. A 18 ans, il obtient un Bac pro hygiène et propreté en alternance et décide de créer sa première entreprise : Diamanet, dans le créneau du nettoyage industriel. Il commence seul, pendant quatre ans, pour mettre son affaire sur de bons rails. Clin d’œil : son premier salarié est son ancien maître de stage.


Diamanet engrange les contrats. D’abord avec une chaîne de magasins, puis avec d’autres structures, avant d’entrer dans un secteur stratégique : l’hôtellerie. Sa capacité de persuasion lui permet de décrocher un contrat majeur concernant une quinzaine d’établissements. Cette activité représente aujourd’hui 80% de son chiffre d’affaires.

Jérémy Jacquin se montre aussi visionnaire et novateur. Il crée ainsi un logiciel de gestion des prestations de nettoyage pour ses clients qui lui donne une longueur d’avance sur la concurrence.


Son sens de l’anticipation va l’amener à lancer Oxyzone, spécialisée dans le traitement de la qualité de l’air dans les lieux accueillants du public. L’entreprise voit le jour dans une période clé. Outre la période covid, il compte bien profiter, dès 2023, d’un décret européen qui obligera les espaces accueillant du monde à s’équiper de technologies pour traiter l’air.

Aujourd’hui, Jérémy Jacquin est à la tête de quatre entreprises, rassemblées sous la holding Corpor8, fondée en 2006 : Diamanet ; Give me 5, spécialisée dans l’événementiel ; Working 4, pour le nettoyage en hôtellerie ; et donc Oxyzone.


Résidant depuis cinq ans sur la côte basque, cet entrepreneur s’est toujours donné pour mission de valoriser la dimension humaine dans ses entreprises, en témoigne sa relation avec ses employés, qu’il s’efforce de connaître individuellement.

Plus d’informations – cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *