INDEX

Bon plan - Ma cabane sur le port, on adore !

Le 13 Déc. 2019

La table du port de Capbreton, reprise il y a deux ans par le chef Jean-Baptiste Dhuez, est une vraie réussite. Avec une cuisine inventive d’un excellent rapport qualité-prix…

Rubriques :

Produits frais et de saison, créativité dans l’assiette, service attentif et discret : on n’a que du bien à dire de Ma cabane sur le port. En ce moment à la carte, les chipirons frais sont en vedette avec espuma de polenta, pesto, cèpes, parmesan et serrano. Et bien d’autres surprises.


Ma cabane sur le port n’est plus vraiment le secret culinaire le mieux gardé de Capbreton. Outre les nombreux locaux qui connaissent bien l’adresse (ouverte à l’année) et les estivants qui n’ont pas regretté d’y entrer par hasard, certains palais distingués tentent aussi l’expérience et commencent à en parler sur leurs blogs gastronomiques. Et ce n’est que justice !


Originaire de Carantec, dans le Finistère, Jean-Baptiste Dhuez a repris en 2017 une affaire donnant sur le parking de la rue des Pêcheurs, juste en face de l’avenue Pompidou et du marché aux poissons. Pour le coup, c’est donc une vraie cabane sur le port, qui attire certes davantage les papilles que le regard, mais qui vaut franchement le(s) détour(s).

Ancien du Sofitel corse de Porticcio, de l’Hôtel de Paris (Monaco), de l’Hirondelle (table des Thermes marins de Monte-Carlo), de Chez Ruffet (l’ancien restaurant jurançonnais de Stéphane Carrade) ou encore de la Tétrade (Hossegor), le chef de 42 ans n’est pas vraiment un nouveau venu. Et cela se ressent dans ses assiettes, entre créativité ne péchant jamais par excès et technicité réellement mise au service du goût.


Riche idée donc que de se mettre à son compte à l’heure de la quarantaine, fort de cette expérience : « J’ai eu envie de revenir à une petite structure, quelque part pour retrouver l’esprit d’un restaurant à taille humaine, où nous pouvons vraiment traiter les clients comme si nous les recevions chez nous », résume le chef breton, qui fait le job avec autant de passion que de modestie.


Une bonne adresse qui gagne à être connue…

Assisté par le précieux Cédric en cuisine et par l’excellent Taryk en salle, il a réussi à créer un lieu simple et convivial où l’on mange très bien, avec une carte et des menus soignés et bien équilibrés, le tout à des prix assez bluffants, ne serait-ce qu’au regard de la fraîcheur des produits traités et du travail engagé pour les mettre en valeur (comptez 22€ pour un menu-déjeuner, autour de 45€ à la carte).

En ce moment, on peut notamment retrouver sur la carte (qui change tous les deux à trois mois) un tandem filet de rouget et poireaux vinaigrette en entrée, des chipirons frais avec espuma de polenta et cèpes en plat de résistance et une belle gaufre maison avec crème de châtaignes et ganache chocolat en dessert. Quant à l’incontournable poisson du moment, il s’accompagne de potimarron rôti, de chou rouge, de pousses d’épinards et d’une émulsion coquillages et curry vert.


Le reste de l’année, les pièces de viande ou de poisson peuvent s’accompagner de délicieux veloutés de maïs ou d’émulsions et de crémeux toujours bien trouvés (topinambour, citronnés, jambon, etc.). Les plats sont suivis d’appétissants desserts aux fruits, souvent assez originaux (crumble aux noix avec figues fraîches et crème réduction de porto, etc.).

Les produits sont essentiellement locaux et toujours frais, venus de chez Mericq (Capbreton) pour la marée ou encore de « Chez Baptiste » (Hossegor) pour le fromage. En résumé, on parle d’une cuisine locale simple et fraîche, avec une véritable identité.


Après seulement deux années d’exploitation, le restaurant a déjà trouvé son public. Il n’est d’ailleurs pas rare que ses 30 couverts soient pris d’assaut en basse saison (pensez à passer un petit coup de fil avant d’y faire escale).

Bref, cette table discrète gagne à être connue et mérite vraiment qu’on s’y arrête : vous nous direz des nouvelles de « Ma cabane sur le port », qui devrait se muer avant l’été 2020 en belle véranda avec façade de type bistrot. Mais on vous en reparlera…

Plus d’informations sur la page Facebook – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *