INDEX

Section Inside – Kiné, une passion non-stop

Le 12 Avr. 2019

Mathieu Vinégra tient un rôle essentiel au cœur de l’important dispositif médical mis en place par la Section Paloise Béarn Pyrénées pour accompagner les joueurs au quotidien…

Rubriques :

    A 41 ans, Mathieu Vinégra a toujours exercé ses compétences de kinésithérapeute dans le domaine sportif, « par souhait de travailler dans le sport de haut niveau mais aussi par passion ». Il faut dire que ce métier ne peut s’exercer sans un investissement personnel de tous les instants.


    « Le kiné est souvent le premier arrivé et le dernier parti. Je suis en permanence avec le téléphone portable branché pour pouvoir répondre aux sollicitations urgentes, 24h sur 24. Et avec les matches, les week-end n’existent pas ».

    Assisté par Camille Mahieu et Adrian Roudière, Mathieu fait le lien en permanence entre son équipe, les deux médecins référents, le staff sportif, les préparateurs physiques et les joueurs. « Ce travail de communication est l’une des clés de ce métier qui, outre la disponibilité, exige d’être à l’écoute et d’être efficace. Il ne doit pas y avoir de place pour le moindre quiproquo concernant la santé physique. On ne peut pas, non plus, vendre du rêve, d’autant plus que les joueurs connaissent parfaitement leur corps. Il nous faut toujours obtenir des améliorations sur leurs problématiques physiques. C’est un peu notre match quotidien chaque fois qu’un joueur s’installe sur la table, il faut que les résultats suivent ».

    En fait, les kinés doivent gérer trois grands types de suivi. D’abord, celui d’un blessé qui n’est pas apte à jouer ; après un bilan avec les médecins et les préparateurs physiques, un planning est mis en place jusqu’à la reprise et il appartient aux kinés de le respecter scrupuleusement. « Ensuite, nous devons accompagner ceux qui ont des douleurs et des problèmes physiques qui ne les empêchent pas de s’entraîner et de jouer (par exemple une tendinite) ; il faut, bien entendu, éviter toute aggravation et traiter les causes du mal. Enfin, chaque fois qu’une faiblesse est repérée, nous intervenons pour aider le joueur pour qu’elle ne se transforme pas en blessure » ajoute Mathieu Vinégra.


    Le jour de match, les kinés sont particulièrement sollicités avec une bonne quinzaine de massages avant la rencontre, ou encore avec le cérémonial des straps. S’il y a des bandages de confort que les joueurs gèrent eux-mêmes, d’autres sont un peu plus techniques. Par exemple, sur la cuisse pour pouvoir mieux soulever un joueur en touche, ou sur les oreilles pour éviter qu’elles virent au « chou-fleur ». De leur côté, les kinés doivent enchaîner en moyenne une cinquantaine de straps, nécessaires pour soutenir une articulation faible ou douloureuse et éviter une blessure. Epaules, coudes, poignets, genoux, chevilles… ce sont ainsi des kilomètres de bandages qui sont utilisés. Epilation en prime à la sortie.

    « Pendant le match, nous devons être très vigilants et surveiller de près chaque genou à terre ou le moindre boitillement. Afin d’intervenir aussitôt et limiter au maximum les risques d’aggravation d’une blessure » insiste Mathieu Vinégra.

     


    Un investissement humain et matériel majeur…

    Depuis la montée en Top 14, la Section a mis la santé des joueurs dans ses priorités fondamentales. « Il faut souligner la très forte volonté des dirigeants et du manager de rassembler de nombreuses compétences et d’être très à l’écoute du médical. C’est ainsi qu’a été constituée notre équipe de 3 kinés à plein temps. Côté matériel également de gros investissements ont été réalisés, comme l’Alter G qui permet de reprendre la course plus vite sans taper sur les articulations ».

    Parallèlement, d’autres technologies comme les GPS apportent des informations précieuses. « Ce suivi nous permet d’optimiser les charges de travail, surtout après une blessure. Il est, en effet, indispensable que la progression soit linéaire et donc s’appuie sur des données très précises ». Bien évidemment, l’expérience personnelle reste un facteur clé que ce soit au niveau du métier lui-même ou sur le plan relationnel et sur celui de la connaissance des joueurs. Et Mathieu Vinégra n’en manque pas, à la Section et dans d’autres sports comme le handball ou le kayak.

    Rubriques :

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *