INDEX

Le CES de Las Vegas à l’heure du covid et de la healt tech

Le 15 Jan. 2021

Une vingtaine de startups de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie sont de la partie de cet événement mondial 100% virtuel jusqu’à ce jeudi. On fait les présentations…

Chaque année, le « Consumer Electronics Show » est l’occasion pour les entreprises technologiques d’ici de se faire remarquer à l’international. Mais alors qu’un millier de startups françaises font d’habitude le déplacement dans le Nevada, elles ne seront cette année… qu’une centaine à participer.


En ce début d’année, l’épidémie de covid est encore dans toutes les têtes, et le CES de Las Vegas, qui s’est ouvert ce lundi, fait la part belle à la « health tech » et en particulier aux outils de télémédecine, de suivi des patients ou encore d’analyse des données de santé.

Cette année, pour sa 54ème édition, la grand-messe américaine n’a toutefois pas lieu dans le Nevada, mais en ligne, avec conférences, pages dédiées aux exposants et outils d’échange à distance.

Point de délégations françaises outre-Atlantique, donc, mais cela n’a pas empêché nos Régions de sélectionner quelques startups pour les faire participer à l’événement.


En Occitanie, l’agence de développement économique AD’OCC en a retenu 11, contre 16 l’an dernier. Le Gers et les Hautes-Pyrénées ne sont pas représentés, mais on retrouve 4 sociétés de Toulouse et d’alentour : Road-Light et ses équipements lumineux pour cyclistes et motocyclistes (Auzeville-Tolosane), Rubix S&I et ses solutions de contrôle de la qualité de l’air et de l’environnement sonore (Toulouse), Eye-Lights et son système GPS d’affichage tête haute pour tous types de casques moto (Labège), et enfin Kawantech et sa solution d’éclairage public intelligent (Toulouse).

Ces entreprises tiendront cette année un stand numérique et pourront échanger en direct avec leurs visiteurs via un espace de discussion privé. Elles ont bénéficié d’un coaching pour tirer le meilleur parti possible de cet événement remanié.


3 belles pépites des Pays de l’Adour…

En Nouvelle-Aquitaine, ce sont 13 startups qui ont été sélectionnées par le conseil régional et le réseau French Tech, avec cette fois 3 représentants du bassin de l’Adour, déjà présents lors du CES 2020.

On retrouvera d’abord Sodium Cycles, société basée à Anglet dont on vous a déjà parlé, avec sa fameuse moto électrique Xubaka (Anglet).


Ensuite, les « e-visiteurs » du CES pourront faire la connaissance de l’outil Mathia de VMPS Corporation, la société paloise de Vincent Escudé, qu’on connaissait déjà pour son appli « Prof en poche ». Il s’agit ici d’un assistant vocal 3D intelligent pour l’apprentissage des mathématiques (CP, CE1, CE2).

 


Enfin, a été choisie une autre entreprise paloise (également établie sur Hélioparc), ST37, prestataire spécialisé dans le vidéo-arbitrage (notamment pour la fédération internationale d’escrime, depuis 10 ans). Cette société, fondée par Carlos Pineda, propose depuis peu une plateforme en ligne pour organiser des challenges de fitness auxquels les sportifs peuvent participer depuis chez eux et se classer, avec un système de points. Une idée qui serait née du confinement, et qui pourrait justement marquer des points cette année, alors que les problématiques de santé sont au centre des débats partout dans le monde.


Parmi les autres entreprises néo-aquitaines représentées, on en compte 8 en Gironde, à l’exemple de Pollen Robotics et de son humanoïde Reachy (expert en manipulation d’objets), de Go4iot et de son antivol connecté Khiko (pour engins et véhicules lourds), de 3Ditex et de sa solution de tissage 3D ou encore de Dronisos et de ses drones mis au service de saisissants spectacles lumineux.


Enfin, sont aussi de la partie l’entreprise charentaise Lux Lingua (soutenue par l’incubateur que vient de lancer Bernard Magrez), avec sa plateforme d’expériences de réalité augmentée Xemplar (dédiée aux marques et domaines de vins et spiritueux), et puis la société poitevine Domalys, bien dans le ton des technologies présentées cette année, avec sa gamme de produits et solutions de prévention des chutes, telle sa lampe « Aladin » qui « permet aux jeunes de plus de 65 ans de rester plus longtemps à domicile et en bonne santé en prévenant les aidants des éventuels signes avant-coureurs de l’entrée en dépendance ».


À l’arrivée, si cette version en ligne du CES privera nos startups des poignées de mains habituelles dans le Nevada, nous avons tout de même de belles pépites qui joueront encore le jeu en ligne. Cela n’aura pas forcément été le cas pour les plus grands groupes. Les géants français Engie, Faurecia et Valeo se sont par exemple abstenus cette année. Quoiqu’il en soit, on espère qu’il en découlera de beaux contrats pour nos entreprises d’ici.

Plus d’informations sur le CES de Las Vegas, cliquez ici

Pour lire nos précédents articles sur les 3 startups de l’Adour

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *