INDEX

Homo Territorius - Thierry Moulonguet, un vrai talent au service de l’Etat et de l’Entreprise

Le 26 Juin. 2019

Des grandes écoles aux postes prestigieux de la République avant une brillante carrière dans l’industrie… un parcours qui ne l’a pas empêché de garder un lien fort avec le Béarn, berceau de sa famille paternelle. Il a rejoint PresseLib’…

On peut citer son parcours universitaire et les grandes écoles qui l’ont formé (Sciences Po, Sciences Eco, ENA) ou les postes qu’il a occupés, d’abord dans la fonction publique (Direction du Trésor, directeur de cabinet de Bernard Kouchner à l’Action humanitaire) puis dans le privé, chez Renault puis au Japon où il a été l’un des acteurs du redressement Nissan.


Il est aujourd’hui administrateur de la holding Fimalac, acteur français majeur dans le domaine de la culture et du divertissement notamment. Directeur de la publication de la Revue des Deux Mondes, il assure aussi des mandats dans plusieurs conseils d’administration, dont ceux de l’équipementier Valeo, HSBC France, le Groupe Barrière…

La vie de Thierry Moulonguet est pourtant loin de se résumer à un brillant parcours professionnel.

S’il fallait retenir ce qui l’a construit en tant qu’homme, on privilégierait deux éléments (mis à part la proximité d’un grand homme d’Etat, Jacques Chaban-Delmas, dont il est devenu le beau-fils au sortir de l’adolescence) : ses racines et la musique.

La musique classique et surtout l’opéra qu’il découvre lors d’une représentation de Norma à Orange en 1974, l’année où il intègre l’ENA. « Je suis entré dans un univers de grande émotion, de grands sentiments, avec lequel je me suis senti en phase ». Cet amour, marqué par sa rencontre avec le virtuose Mstilav Rostropovitch, ne le quittera plus.

Et puis ses racines paternelles. « Mon arrière-grand père, Albert Moulonguet, grand professeur de médecine, a passé son enfance à Moncaup. Il y était très attaché. Une partie de la famille est d’ailleurs toujours installée dans ce coin nord du Béarn. La ballade sur le boulevard des Pyrénées à Pau est chargée de souvenirs d’enfance. C’était le passage obligé pour mon père et toute la famille.


PresseLib' Homo Territorius« En phase », il l’est également pleinement avec la démarche de PresseLib’ dont il partage la philosophie. Doublement Homo Territorius (sa femme, violoncelliste, a également des racines béarnaises), il a rejoint le Cercle des Aficionados* de PresseLib’, aux côtés d’une quinzaine de personnalités ayant des attaches fortes avec le Bassin Adour Gascogne.


Articles déjà publiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *