INDEX

Une robe profonde, une bouche soyeuse, un nez puissant

Le 12 Fév. 2021

L’assemblage du Faîte, vin d’exception, est toujours un événement. Les vignerons de Saint Mont font appel à des grandes pointures de l’œnologie et de la gastronomie pour l’occasion…

Depuis 1996, Plaimont Producteurs organise la constitution de son Faîte rouge et de son Faîte blanc. Ces bouteilles uniques, produites en quantités limitées, s’arrachent dès leur sortie.


On peut les trouver chez les cavistes, mais aussi dans les épiceries fines ou à la carte des restaurants gastronomiques (quand ils pourront rouvrir). Elles sont faciles à reconnaître avec leur cachet de cire et leur étiquette en… bois.

Chaque année, le choix de l’assemblage est parrainé par des personnalités incontestables. En 2020, étaient à la manœuvre : Romana Echensperger, Master of Wine 2015, digne représentante du WineSET aux niveaux national et international ; et Fabrice Sommier, Meilleur Ouvrier de France en sommellerie en 2007, puis Master of Port en 2010, l’un des grands sommeliers du monde.


Pour cette année, les vignerons de Plaimont avaient fait appel, tout naturellement, à « deux des plus grands défenseurs, ambassadeurs et observateurs exigeants de l’évolution de l’appellation Saint Mont.

Patrick Azcué, œnologue et ancien directeur de la cave, a « révolutionné l’ambition technique et la précision des grands vins de l’AOC Saint Mont pendant plus de 40 ans ».


Robert Desbureaux, enseignant en sommellerie, est « un des plus grands ambassadeurs et sans doute le plus grand spécialiste des Vins du Sud-Ouest & de l’AOC Saint Mont qu’il a largement accompagné dans son parcours.


Le Faîte de Saint Mont rouge 2019 a été choisi pour son expression des 3 terroirs de l’appellation : sables fauves d’Aignan (50%), argiles graveleuses de Saint-Mont (30%) et argiles-calcaires de Plaisance (20%). La cuvée, vinifiée en cuve puis en barrique, est composée de trois cépages : très majoritairement le tannat (75%), bien entendu, complété par le pinenc (15%) et le cabernet sauvignon (10%).

Pour Patrick Azcué, cet assemblage « montre la grande force de nos terroirs ». Sa robe est « profonde et brillante ». Son nez est « puissant aux notes toastées et fruitées ». En bouche, les tannins sont « élégants et soyeux ».


Le Faîte de Saint Mont blanc 2020 est, lui, largement porté par le gros manseng (80%), cépage qui fait aussi la réputation du Jurançon ; l’arrufiac et le petit courbu complètent la cuvée (10% chacun).

Selon Robert Desbureaux, cet assemblage « surprend par la richesse de sa robe et sa longueur en bouche, le vin est vif. C’est un millésime précoce, mais très réussi avec un fort potentiel de vieillissement ».

Les deux parrains ont apprécié « sa structure, sa richesse aromatique et ses notes fumées issues de l’élevage en barrique ancienne ». Un vin qui se distingue par son « bel équilibre entre le nez et la bouche » et qui propose « des saveurs d’agrumes et de fruits exotiques ».


Ce rendez-vous, malheureusement en petit comité (covid oblige), a été l’occasion de célébrer le nouveau décret qui régit l’AOC Saint Mont. Comme l’a rappelé Olivier Bourdet-Pees, directeur général de Plaimont, il officialise des évolutions capitales.

Il assure : la sauvegarde des vignes ancestrales, jusque-là menacées ; le rééquilibrage des cépages dans les Saint Mont rosés autour du pinenc pour protéger une fraîcheur et une gourmandise emblématiques ; la reconnaissance du cépage tardif, autochtone, autour duquel Plaimont travaille depuis plus de 30 ans… « l’enfant prodigue du terroir de Saint Mont, élevé patiemment pour répondre aux grands enjeux climatiques et sociétaux qui se présentent ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *