INDEX

Des ballots de cocaïne sur les plages de l’Atlantique

Le 11 Nov. 2019

763 kg ont déjà été récupérés. Il est interdit de ramasser cette drogue pure à 83% qui représente aussi un véritable danger. Il faut composer le 17 en cas de découverte suspecte…

De l’estuaire de la Loire jusqu’au Pays basque, les petits paquets de couleur marron ont commencé à s’échouer sur nos côtes à la mi-octobre, mais « avec une intensification depuis le 4 novembre », pour reprendre les termes de Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes.


C’est la JIRS (Juridiction interrégionale spécialisée) rennaise qui a été saisie, compte tenu de la vaste étendue du périmètre de recherches. Le parquet de Rennes a confié l’enquête à la section de recherches de la gendarmerie maritime, au groupement de gendarmerie des Pays de la Loire et à l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants.

Le parquet rennais précise qu’une « coopération policière à l’échelle européenne a été mise en place ainsi qu’avec les autorités américaines », via la DEA. Car cet « arrivage » massif ferait suite à celui constaté sur les côtes de Floride à la rentrée, au moment de l’ouragan Dorian. Il s’agirait en effet du même type de petits colis que ceux ramassés par le Melbourne Police Department, lesquels se présentaient dans des emballages similaires et comportaient les mêmes mentions « Diamante » ou « Brillante ».

Au-delà des conditions climatiques ou de l’avarie d’un bateau, les trafiquants auraient aussi pu se délester de leur cargaison à la suite d’une rencontre avec des garde-côtes. La gendarmerie maritime pointe les coordonnées GPS des paquets et cherche à modéliser leur parcours pour en apprendre davantage.


Plus de 100 kg ramassés sur la côte landaise…

La drogue ramassée, pure à 83% et destinée à être coupée, présenterait un risque pour les particuliers, qui sont invités à composer le 17 en cas de découverte suspecte. Toute manipulation sans précaution pourrait, par contact avec cette cocaïne (au toucher ou par émanation), engendrer des effets indésirables allant jusqu’à l’overdose involontaire.

Et bien sûr, les amateurs sont prévenus : il est interdit de ramasser ces paquets. Tout détenteur de cocaïne s’expose à de très lourdes peines : 10 ans d’emprisonnement avec période de sûreté automatique et 7.500.000 € d’amende.

Cinq localités de Gironde ont pris un arrêté pour interdire l’accès à leurs plages au public pendant ce week-end prolongé : Lacanau, Le Porge, Hourtin, Naujac-sur-Mer et Lège-Cap-Ferret. D’importantes quantités de drogues auraient été retrouvées en différents points du littoral : 6 kg à La Tremblade (Charente-Maritime), plus de 70 entre Lacanau et Biscarrosse (15 à Arcachon et presque 8 à La Teste-de-Buch), 35 entre Vieux-Boucau et Capbreton et 5 en Pays basque, notamment à Anglet.


Il y en aurait pour au moins 10 millions d’euros à la revente au détail. Depuis le milieu de la semaine dernière, les patrouilles se multiplient. Un total d’environ 150 kg de drogue a été ramassé sur les seules côtes girondine, landaise et basque (pour plus des deux tiers dans les Landes, comme à Moliets ce week-end).

Il y a bien sûr déjà eu des précédents en la « matière ». En 2002, 5 hommes avaient même pris les armes pour aller rechercher leur stock de 330 kg à la gendarmerie des Sables d’Olonne, n’hésitant pas à se lancer dans une prise d’otage.


C’est d’ailleurs pour éviter ce genre d’incident que la drogue est désormais détruite dans des délais extrêmement brefs. En 2004, une quinzaine de revendeurs avaient été appréhendés le long des côtes landaises. En 2007, pas moins de 450 kg avaient été ramassés, largués depuis un yacht surpris par les garde-côtes espagnols.

Les gendarmes précisent qu’ils mèneront des contrôles routiers spécifiques pendant les semaines à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *