Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

Vincent Lartizien et Nunti-Sunya, le chanvre sous toutes ses formes

Basés à la technopole Domolandes, les Chanvres de l'Atlantique s’imposent dans de nombreux domaines, tels que l'alimentaire, le textile, la construction, la cosmétique ou encore le bien être…
domolandes-chanvres-6
Au moment de passer son bac, Vincent Lartizien a finalement cédé à l'appel de l’Océan : passionné de glisse, il part à Hawaï dans les années 1980 et devient surfeur professionnel. Là germe une belle aventure.

« J'y ai passé 20 ans en développant mes connaissances en médecine alternative. C'est là-bas que j'ai découvert le chanvre, une plante miracle qui répond aux quatre besoins fondamentaux de l'Homme. À savoir se nourrir, se loger, s'habiller et se soigner », retrace-t-il.

Dans le chanvre, tout est bon pour Vincent Lartizien : ses graines sont sources de vitamines et très nutritives (une alternative extraordinaire au régime carné) et sa fibre peut être transformée en textile (avec des propriétés antibactérienne, antifongique, ignifuge et thermorégulatrice) ou pour le bâtiment en remplaçant le béton. Cerise sur le gâteau, cette plante consomme peu d'eau, fixe le carbone, dépollue les sols et les structure…

De retour en France, Vincent Lartizien décide d’explorer ses principales qualités mécaniques et nutritives sur son lieu même de production, au sud des Landes. Il crée en 2015 Les Chanvres de l'Atlantique pour cultiver cette plante en France de manière raisonnée.

La marque Nunti-Sunya a rapidement vu le jour pour commercialiser la production sous différentes formes : de l'huile, des graines, des compléments alimentaires, de la farine... « Le chanvre possède un potentiel énorme, ses possibilités d'utilisation sont illimitées. En six ans, nous sommes passés d'une plantation de 1 à 300 hectares en Aquitaine et à travers toute la France », se réjouit le fondateur de Nunti-Sunya.

Des usines en cours de construction…

Actuellement dans la deuxième phase du développement de l'entreprise, il a lancé la construction d’une usine alimentaire à proximité de Domolandes. Dédié à la culture, à la recherche et à la transformation de la plante, ce bâtiment est entièrement réalisé en béton de chanvre.

Dans la troisième phase, Les Chanvres de l'Atlantique projettent la création d'une autre usine pour le défibrage de la paille de chanvre, afin de développer l'utilisation de ce matériau dans le BTP et le textile, ainsi que la construction de serres.

« Nous allons bientôt fabriquer des textiles écologiques à base de fibre de chanvre en recréant une filière française. Nous prévoyons aussi de développer une filière cosmétique autour des nombreuses vertus de cette plante. Il y a énormément de demandes sur ces deux pôles », révèle Vincent Lartizien.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Photos : Les Chanvres de l'Atlantique

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.