Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

EN ACTIONLe foie gras souffre à nouveau

La filière, déjà lourdement impactée par deux crises aviaires successives, subit une chute de ses ventes et perd une période pascale, générant traditionnellement une forte consommation…
FOIE GRAS 6
L’interprofession des palmipèdes à foie gras a publié jeudi dernier des chiffres relatifs à l’impact du covid-19 sur les ventes. Elle a lancé un appel à l’aide à la grande distribution.

Selon le Cifog, les PME et producteurs du secteur auraient enregistré un recul moyen de leurs ventes de l’ordre de 30% depuis le début du confinement. Le comité avance que 60% des débouchés traditionnels de la filière sont fermés.

Apparemment, le foie gras ne fait pas partie des produits sur lesquels se sont jetés les Français depuis l’annonce du confinement. C’est en tout cas ce qui ressort des derniers chiffres communiqués par le Cifog. « Alors que les fêtes de Pâques et de printemps sont traditionnellement une période de forte consommation de foie gras, magrets et confits d’oie et de canard, les professionnels de la filière sont confrontés à une très forte chute des ventes liée à la période de confinement, à la fermeture des restaurants, à une moindre mise en avant de leurs produits en grande distribution, aux fermetures des marchés et à l’arrêt des activités à l’exportation », résume ainsi le comité interprofessionnel, qui parle d’un véritable « choc de consommation ».

Concrètement, ce sont 60% des débouchés de la filière qui seraient actuellement bloqués. Le Cifog estime à 30% le recul moyen des ventes des PME et des producteurs, tous produits confondus. Spécialiste du big data et de l’analyse des données de la grande consommation, IRi indique que les ventes de foie gras mi-cuit ont chuté de 50% en hypermarchés, supermarchés, drives et magasins de proximité sur la semaine du 29 mars. « Ces reculs de ventes vont à nouveau fragiliser tous les acteurs de la filière, depuis les couvoirs jusqu’aux entreprises de transformation en passant par les éleveurs, et font peser un vrai risque sur les 100.000 emplois directs et indirects concernés », renchérit le Cifog.

L’interprofession solidaire des hôpitaux et des Ehpad…

L’interprofession, et derrière elle les associations départementales comme celle du Gers (département-clé qui compterait un millier de producteurs de volailles et de palmipèdes), en appelait donc jeudi aux distributeurs et aux consommateurs. Le Cifog demande ainsi à la grande distribution une « plus forte mise en avant des foies gras, magrets et confits en magasin ».

Les professionnels espèrent en outre que les enseignes ne renonceront pas aux opérations commerciales prévues, qu’elles mettront en place des « actions de promotion d’urgence » et qu’elles maintiendront les commandes déjà passées.

Les professionnels du foie gras en appelaient également à « la solidarité des consommateurs ». Les Français ont été invités à songer au foie gras, aux magrets et aux confits pour leurs menus des semaines à venir. Un appel qui résonne plus que jamais sur le bassin de l’Adour. Le Cifog précise d’ailleurs que « le magret et le confit se prêtent particulièrement à la cuisine de confinement à laquelle s’adonnent actuellement les Français », et ce « grâce à leur facilité de conservation sous vide ou en conserve, ainsi qu’à leur facilité de mise en œuvre en cuisine ».

Même si les temps sont durs, le Cifog a aussi souhaité témoigner sa solidarité vis-à-vis des professionnels de santé luttant chaque jour contre l’épidémie. Les professionnels du secteur se sont associés à l’opération « #leschefsaveclessoignants ».

Les adhérents du Cifog ont ainsi fourni 3.500 foies gras qui ont été « cuisinés par les chefs et servis pour le déjeuner de Pâques aux soignants dans les Hôpitaux de Paris, de Savoie et Haute-Savoie, ainsi que pour les soldats mobilisés sur l’Hôpital de campagne de Mulhouse ». Ils feront également don de magrets et de confits pour les dimanches à suivre.

Un joli geste qui méritait d’être mentionné. Quant à nous, on sait ce qui nous reste à faire : on éliminera en faisant un peu de gymnastique… ou de vélo d’appartement.

Plus d’informations sur le site du Cifog – cliquez ici

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi

Des produits de l'Etuverie sont exposés sur une table

De l’ail noir sous toutes ses formes à l’Étuverie

Après les excès des fêtes, à nous la pâte à tartiner, la moutarde, la bière, le miel, les infusions, et même le chocolat à l’ail noir bio de Nicolas Ricau et Fabien Candelon ! On suit leur recette des muffins au miel à l’ail noir pour bien démarrer la nouvelle année…