SINGLE CREATEUR

Élémentaire, ma chère… Sherlock !

Le 27 Déc. 2019

Alexis Linossier et Alan Briand sont à l’origine du lancement en 2017 de La Brasserie Naturelle des Landes, avec une bande de 66 copains du côté de Lit-et-Mixe…

La jeune SAS avait investi l’an dernier pour pouvoir produire 130.000 bouteilles de bière par an. De mieux en mieux référencée et promue avec autant d’humour que de dynamisme, elle est l’une des belles surprises de l’année. Santé !


On l’avoue : on a mis pas mal de temps à vous parler de la Sherlock, cette petite bière qui monte en terre landaise. La pression montait donc aussi, mais un tel sujet nécessitait forcément une longue et soigneuse enquête…

Car il faut dire que depuis juin 2017, il se passe des choses bien étranges du côté de Lit-et-Mixe, où pas moins de 68 « associés-copains » ont investi de 100 à 30.000 euros chacun dans un projet de nouvelle brasserie, avec la possible perspective d’un dividende de 9% à compter de la seconde année, mais aussi et surtout celle de boire un canon entre amis et/ou passionnés. Sans trop se prendre au sérieux, mais quand même avec sérieux… Vous avez dit bizarre ?


Les deux principaux porteurs du projet, Alexis Linossier et Alan Briand, sont respectivement président et directeur général de la SAS Brasserie Naturelle des Landes, titulatures qui semblent beaucoup amuser leurs amis et suiveurs. Les deux patrons-salariés pourraient être rejoints d’ici mars par deux petits nouveaux.

On les a facilement identifiés, même si le premier se fait appeler « Idesbald » dans la presse locale et que le second s’est récemment laissé pousser la moustache. Idesbald, bien sûr, en référence à un certain chanoine flamand du XIIe siècle, troisième abbé cistercien du monastère belge de Notre-Dame… des Dunes. Un fort gentil saint qui a depuis donné son nom à une assez fameuse bière locale (la Sint-Idesbald de la Brasserie Huyghe, établie près de Gand).


Une jeune pousse de savants biérologues…

Quant à la moustache du directeur général, c’était bien sûr pour promouvoir la « Movemblonde », bière événementielle associée au Movember de la fondation du même nom, qui œuvre pour la recherche sur les maladies masculines. Et pas de jalouses, puisqu’une bière « Octobre Rose » a aussi été « éditée » dans le contexte de la désormais célèbre campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Bien sûr, on connaissait auparavant de cette Brasserie Naturelle des Landes la gamme de bières locales Sherlock en agriculture biologique, avec au menu la blonde, la brune, la stout, l’India pale ale (IPA, fruitée), la « Frisson blanche », la bière de l’ours façon orange et pain d’épices ou encore la triple Sherlock ambrée.


On plaisante un peu, mais il fallait tout de même de l’idée, de l’organisation, du travail, un peu de culot et beaucoup de passion pour structurer cette gamme en respectant ce cahier des charges du bio, auquel sont notamment associés des fournisseurs choisis. Une gamme de bières d’ici que devrait bientôt rejoindre, paraît-il, une sans alcool.

En attendant, les différentes références de la brasserie commencent à faire leur trou en boutique et même dans certaines plus grandes surfaces positionnées sur des produits locaux, à l’exemple du Biocoop de Biscarosse. C’est le dacquois Lapique Boissons (propriété du groupe Larzabal) qui s’occuperait désormais de la distribution. La jeune entreprise mouille également le maillot lors d’événements de plus en plus nombreux, comme dernièrement au Biscatrail (organisé à Biscarrosse par les sapeurs-pompiers) et au BLIB 2019 (festival de bières artisanales à Bordeaux), ou avant cela aux fêtes montoises de la Madeleine. Elle met par ailleurs fûts et tireuse Beer’Up à disposition pour des soirées ou des week-ends festifs. Enfin, la brasserie se laisse visiter, si on passe un petit coup de fil avant…


Reste à savoir qui est ce chat qui nous nargue avec son chapeau de détective et sa pipe sous le museau, sur les étiquettes (souvent inventives) des bouteilles. Élémentaire, mon cher Watson : c’est le chat du président Idesbald, félin qui porterait le doux prénom du célèbre personnage d’Arthur Conan Doyle. On suppose que c’est ce charmant minou qui a inspiré à son maître son pseudonyme et ses amusants néologismes.

On pense à vous qui connaissiez le zythologue (expert ès bières) et l’internaute, mais à qui l’on n’avait pas encore donné du « cher zythonaute » ! Heureusement qu’on est là. CQFD !

Plus d’informations sur la page Facebook – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *