INDEX

Coup de cœur - La landaise Razka branchée « workwear »

Le 21 Juin. 2019

Créée l’an dernier et basée à Saint-Julien-en-Born, la jeune marque se lance dans la mode sans aucun complexe, avec une veste à 100% de fabrication française…

Rubriques :

Une cagnotte Ulule a permis aux deux copains à l’origine de Razka d’écouler une cinquantaine de leurs surchemises au look de vestes de travail. Un premier vêtement sobre et soigné en attendant une nouvelle collection, annoncée pour la fin d’année.


Conception et design dans les Landes, tissage dans le Grand Ouest, boutons à l’Est, étiquettes plein Sud et fabrication en Vendée : c’est bien une veste 100% « made in France » que proposent aujourd’hui Louis Barantin et Romain Brevet, deux copains visiblement branchés « workwear » et qui n’ont pas eu peur de se faire plaisir.

Un exemple intéressant qui montre qu’avec de l’idée et un peu de passion, on n’a pas besoin d’être un géant du luxe pour faire dans la qualité. Et ce même depuis les Landes !

 


La veste Razka est disponible en quatre coloris (beige, bleu, noir, vert) et à 100% en coton (sergé Triberg, 330 gr/m2). Son look assez sobre, avec sa poche plaquée sur la poitrine sous le lettrage brodé qui sert de logo à la marque, ses boutons en acier et son col chevalière, indique assez que les deux créateurs ont eu le bon goût de ne pas trop en faire, avec une proposition qui n’est finalement pas si éloignée de la veste de travail « à l’ancienne ».

 

 


De la mode à l’éthique…

Les deux jeunes entrepreneurs ont préféré insister sur des arguments concrets comme la qualité des finitions, la solidité du produit, mais aussi une certaine éthique, puisque 2% des revenus générés par ces vestes vont à l’association Coral Guardian, dont le logo est lui aussi brodé sur le vêtement et qui œuvre au niveau international à la conservation des écosystèmes coralliens. Là-dessus, on notera que le détenteur d’une veste peut accéder à des clichés de la bouture corallienne replantée grâce à son emplette.

D’autres associations bénéficieront du même traitement dans le cadre de collections à venir. Les prochains modèles devraient être commercialisés à l’automne. En attendant, ces vestes ont certes un prix, 155 € la pièce, mais aussi une durée de vie, tandis que les jeunes fondateurs de la marque avancent qu’on peut les porter par tous les temps et en toute saison… Ces vestes sont disponibles sur le webshop du site de la marque, ainsi qu’au Bali Surf Shop de Contis.


Pour le lancement de l’activité, la cagnotte Ulule lancée par les deux jeunes diplômés avait permis en début d’année de récolter de quoi produire 51 de ces vestes urbaines un brin rétro et surtout fabriquées sans complexe entre copains, de façon un peu confidentielle mais avec finalement une bonne dose de professionnalisme et d’idée, ce qui méritait bien qu’on en dise quelques mots !

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *