INDEX

Firmenich et DRT investissent dans les Landes

Le 25 Oct. 2020

La pépite landaise, désormais propriété du groupe suisse, va encore développer ses usines de Vielle-Saint-Girons et Castets. Elle a aussi fêté le millième hectare de bois replanté…

On sait déjà que 40 millions seront investis pour augmenter sa capacité de production. En parallèle, Dérivés Résiniques et Terpéniques (DRT) poursuit un partenariat important avec Alliance Forêt Bois.


Le 28 mai dernier, Firmenich, champion suisse des fragrances et arômes, annonçait avoir finalisé l’acquisition de son fournisseur-clé landais. La DRT, créée en 1932 par 7 sylviculteurs d’ici, appartenait depuis deux ans au fonds Ardian. Mais Firmenich et la DRT se connaissaient déjà très bien, puisque les deux partenaires exploitent depuis maintenant 27 ans leur joint-venture de Castets (Fider).

En un peu moins d’un siècle, le producteur landais d’ingrédients dérivés du pin est devenu un bel ensemble de 1.500 salariés et 10 filiales internationales. Outre son siège dacquois, il compte 9 sites de production dans le monde : 4 en France (Vielle-Saint-Girons, Castets, Lesperon, Mourenx), deux aux États-Unis, deux en Inde et un en Chine.


Pas moins de 900 salariés de DRT opèrent dans les Landes : l’entreprise présidée par Laurent Labatut est de fait l’un des principaux employeurs du département. Elle réalise un chiffre d’affaires de 550 millions d’euros, à 85% à l’export, en travaillant principalement la colophane du pin (pour les secteurs des adhésifs ou du chewing-gum) et l’essence de térébenthine (pour le monde du parfum).


De nouveaux investissements…

Maintenant dans le giron du géant suisse des ingrédients de la parfumerie (3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires), DRT devrait pouvoir accélérer son développement, et en particulier dans les Landes, où un investissement de 40 millions d’euros dans l’usine de Castets vient d’être annoncé. La Région pourrait y participer à hauteur de 10%.

L’implantation de Castets, spécialisée dans les dérivés terpéniques, devrait voir sa capacité de production augmenter. Laurent Labatut a indiqué que l’investissement était déjà programmé, mais que l’acquisition de DRT par Firmenich a permis d’aller un peu plus vite que prévu. Un autre investissement serait également prévu dans l’usine de Vielle-Saint-Girons, où de nouveaux dérivés résiniques pourraient être imaginés pour le marché de l’électronique.


On notera à ce propos que l’usine de Vielle-Saint-Girons est dotée depuis 5 ans d’une centrale de cogénération biomasse « qui satisfait 95% du besoin en vapeur du site ». C’est la ressource en bois qui permet de couvrir les besoins en énergie du site et, grâce à un programme de reboisement pensé en partenariat avec le groupe coopératif Alliance Forêt Bois, d’éviter « le conflit d’usage de la ressource forestière avec les métiers traditionnels de la papeterie et des scieries ». C’est la filiale DRT AB qui est en charge d’exécuter ce programme et d’approvisionner en bois-énergie le site de Vielle-Saint-Girons.


400.000 tonnes de CO2 en moins…


« Le site de Vielle-Saint-Girons valorise ce bois issu de la forêt landaise, ainsi qu’environ 6.000 tonnes de coproduits de fabrication du site de production. Ce plan d’approvisionnement permet de substituer la majeure partie des consommations d’énergies fossiles et évite ainsi le rejet de plus de 400.000 tonnes de CO2 sur 20 années d’exploitation », explique DRT. Il faudra pour cela 130.000 tonnes de bois.

« La cogénération sur site bénéficie d’un plan d’approvisionnement en biomasse original et durable », résume finalement Laurent Labatut. Les pins plantés peuvent être exploités à l’âge de 10 ans. Et cerise sur le gâteau : DRT AB et ce plan d’approvisionnement feraient en tout travailler une cinquantaine de personnes.


Ce mois d’octobre, on fêtait d’ailleurs le millième hectare planté dans le cadre de ce programme, et ce en présence des dirigeants de DRT et d’Alliance Forêt Bois, d’Alain Rousset, de la sous-préfète de Dax Véronique Deprez-Boudier, du député Lionel Causse et de Philippe Mouhel, maire de Castets et président de la Communauté de Communes Cote Landes Nature. La réunion a été l’occasion pour les dirigeants d’Alliance Forêt Bois d’évoquer l’idée d’un approvisionnement à plus grande échelle de centrales biomasse.

Au final, avec cette montée en puissance dans les Landes, le rachat de DRT par Firmenich, pour lequel s’était nettement engagé Laurent Labatut, commence bel et bien à ressembler à une bonne nouvelle.

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *