Abonnez-vous
Publié le

Le Fort du Portalet se refait une beauté

Ce bijou architectural et historique de la vallée d'Aspe s'est lancé l'an dernier dans de grands travaux de restauration pour devenir un site touristique majeur...
infofortportalet2
Construit au 19e siècle sur ordre du roi Louis-Philippe, ce fort était l'une des destinations les plus fréquentée de la zone avant sa fermeture provisoire, chantier oblige. Chaque année, près de 5000 personnes en visitaient les vestiges, remplis d'histoire.
  • Régulièrement restauré, le Fort du Portalet a été contraint, l'an dernier, de se lancer dans la consolidation des éléments devenus bien trop fragiles, et par conséquent, dangereux. Ce fut par exemple le cas du pont d'Enfer, l'accès principal au fort depuis la route.

    Après des premiers travaux sur cette partie, les plans originaux de la Communauté de Communes du Haut-Béarn et du Département pouvaient reprendre. Ainsi, dès ce mois de septembre, plusieurs chantiers sont (re)lancés.

    Dans un premier temps, il y aura un vaste travail de dévégétalisation des parties extérieures du fort. En effet, la végétation a repris ses droits, les différentes plantes et arbres fragilisant certaines parties de l'édifice. Une fois cette première étape réalisée, des travaux de maçonnerie seront entrepris pour réparer les pierres touchées et consolider les murs. Cette première partie du chantier sera concentrée sur les galeries basses du fort.

    Ensuite, les équipes de restauration se retourneront vers le pont d'Enfer pour terminer sa remise en beauté. Les bases du côté du fort seront renforcées, tout comme la berge qui les accueille. Le pilier central sera lui aussi conforté. Enfin, il y aura une remise en état de la partie supérieure du pont, notamment le tablier et les garde-corps.

    Mais, ce n’est pas tout. Depuis le début d'année, le Département s'attèle à la création de passerelles pour faciliter l'accès au site. Actuellement, l'entrée se fait par la route nationale qu’il surplombe, ce qui, vous en conviendrait, n'est pas ce qu'il y a de mieux en terme de sécurité.

    Une première passerelle a été livrée au mois de juin, pour relier le célèbre chemin de la Mâture aux lacets du fort. La seconde passerelle sera, quant à elle, située le long de la route, pour permettre aux visiteurs de rallier le parking au fort en toute sécurité.

    Un site unique et historique…

    Ces chantiers rentrent dans le cadre de la protection du site qui est, depuis 2005, classé monument historique. D'abord, point de défense pour protéger le Béarn d'une invasion espagnole ; il est ensuite devenu une prison politique pour le régime de Vichy, dans laquelle a été notamment enfermé Léon Blum. Après la guerre, le maréchal Pétain lui-même fut emprisonné au fort du Portalet.

    L’histoire de la création de ce patrimoine remarquable démarre un siècle avant sa construction, avec l’ouverture du chemin de la Mâture. Bâti sur ordre du Roi Soleil, Louis XIV, il avait pour but de permettre à la Marine royale de s'approvisionner en bois dans la forêt alentour ; les troncs (parfois longs de plus de 30 mètres) étant ensuite acheminés jusqu'à Bayonne.

    Aujourd’hui, toute la zone est protégée, pour son histoire, son importance pour la dynamique du territoire, mais aussi pour sa biodiversité. C'est d'ailleurs pour cette raison que les travaux n’ont pu continuer en été.

    En effet, du mois de mars jusqu'au mois d'août, les percnoptères, des rapaces protégés pour leur rareté, sont en pleine période de nidification. Tous les travaux bruyants sont donc interdits.

    La Communauté de Communes du Haut-Béarn espère pouvoir rouvrir le fort au public dès 2022, même si les travaux ne seront pas totalement terminés. C'est à la fois important pour le devoir de mémoire, pour le côté pédagogique, mais aussi pour le tourisme que cela génère dans l'ensemble de la vallée.

    Plus d'informations sur le site de l’Office de tourisme du Haut-Béarn, Pyrénées Béarnaises

    À lire aussi

    Le Fort du Portalet va fort !

    Ce bijou de l’histoire, oublié pendant cinquante ans, est en train de devenir, grâce à ses visites guidées, la nouvelle attraction touristique des Pyrénées-Atlantiques