INDEX

Biolait fête sa première collecte pyrénéenne

Le 17 Déc. 2018

Le groupement leader du lait bio a arrosé la mise en place récente de ses tournées de collecte le long des Pyrénées. Il compte aujourd’hui 1.300 fermes adhérentes…

Créé par 6 producteurs du Grand Ouest il y a 24 ans, Biolait représenterait actuellement 30% de la collecte bio nationale.


Cela fait un moment que la toute nouvelle collecte pyrénéenne du groupement Biolait a commencé. Tout début novembre, le camion Biolait faisait son premier passage à la ferme audoise de Barsa, sur la commune de Cazalrenoux. Dans cette exploitation, dont le lait bio était auparavant vendu au prix du conventionnel, le recours au groupement aurait permis, sur la base d’un millier de litres vendu 460 euros, de dégager 50% de revenus supplémentaires, tout en se faisant racheter le lait écrémé tiré de la production de beurre et de crème fraîche, précédemment rejeté.


Dans cette région courant de l’Aude aux Pyrénées Atlantiques, 19 fermes adhérentes seront concernées par cette nouvelle collecte. D’autres, actuellement en cours de conversion, devraient rapidement les rejoindre. On notera que la mise en place de ces tournées aura nécessité plusieurs années de travail.

Le groupement se félicite de voir ce projet aboutir « sur un territoire aux spécificités nombreuses ». Il a fêté ça le 28 novembre dernier du côté d’Arbus, chez Maryse et Jean-André Biscar (Adhérents Biolait depuis 2002), où se sont réunies une soixantaine de personnes, administrateurs de Biolait, éleveurs, partenaires (Biocoop, Fromagerie des Aldudes), institutionnels (Région, Interbio, communauté d’agglo Pays Basque, chambre d’agriculture) et bien sûr adhérents. Tout ce petit monde a pu échanger autour d’un buffet local bio, dans une ambiance champêtre et à la bonne franquette…


1 300 adhérents dans 73 départements…

« Les éleveuses et éleveurs bénéficiaient jusqu’alors du principe de mutualisation de Biolait, qui garantit aux producteurs d’être payés au prix bio jusqu’à ce que la collecte se mette en place », explique le groupement dans son communiqué diffusé mi-novembre.

On sait que Biolait est particulièrement impliqué dans la conversion au bio et l’accompagnement des fermes. En début d’année, il a d’ailleurs lancé un dispositif d’aide à la formation de ses nouveaux adhérents, le « chéquier Biolacté », qui permet aux éleveurs, bio ou en conversion, « de se faire remplacer sur leur ferme et de participer aux formations techniques plus sereinement ». Les bénéficiaires sont indemnisés à hauteur de 10 demi-journées à 50 euros.


Les 1.300 adhérents que compte le groupement sont aujourd’hui répartis dans 73 départements. Une trentaine de camions sillonnent la France pour assurer la collecte. L’ambition de Biolait est de continuer à « garantir un prix stable et identique pour tous, quel que soit le lieu de la ferme, son volume et la situation du marché ». Bref, la vague bio a déferlé sur l’Hexagone : elle va maintenant gravir les Pyrénées.

Plus d’informations – cliquez ici

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *