INDEX

La télémédecine concerne le cancer

Le 08 Jan. 2018

L’expérimentation eDomsanté, menée par l’Institut Bergonié de Bordeaux, permet de garder le contact entre les malades et leur oncologue grâce à une tablette

Rubriques :

On appelle le procédé de la « télémédecine ». Et rassurez-vous, il ne s’agit pas de soigner à distance, mais de mettre en rapport un professionnel de santé avec un patient, permettant d’établir un diagnostic liminaire.


En Aquitaine, plus de 70 établissements sont ainsi opérationnels dans différents projets, tels que le suivi de patients porteurs de dispositifs implantés, la psychiatrie ou l’addictologie.

Quoique la liste ne répertorie pas l’entreprise menée par le service oncologie de l’Institut Bergonié de Bordeaux, consistant à suivre un certain nombre de ses patients vivant loin de la capitale aquitaine via une simple tablette tactile. Son nom : eDomsanté, menée par le docteur Nathalie Quenel-Tueux, qui permet de garder le lien médical avec une quinzaine de patients atteints de cancer, face aux déserts médicaux et la pénurie de spécialistes.

Là, chaque patient, et en l’occurrence il s’agit surtout de patientes atteintes d’un cancer du sein, est en lien direct avec son cancérologue, ce qui permet à celle-ci de faire le point sur les paramètres essentiels : douleur, moral, appétit, poids, etc. De plus, une montre connectée renseigne en temps réel sur les temps de sommeil et de repos, ainsi que sur les temps d’activité. Plus besoin de longs trajets vers Bordeaux et ses encombrements, moins d’examens inutiles et l’impression d’un « suivi personnalisé » qui fait du bien au moral ;


Il s’agit pour l’instant d’une expérimentation, menée depuis deux ans et qui va bientôt prendre fin. Heureusement, la tentative va pouvoir se prolonger et être généralisée, comme le veulent l’Agence régionale de Santé, la Région et les pouvoirs publics. Il y a trois ans, on avait recensé 257.814 actes de Télémédecine en France, soit 0,3 % des actes effectués par les établissements de santé. Inutile de préciser que l’on peut faire largement mieux !

2018 est annoncée comme « l’année de la Télémédecine », voilà un vœu qui est le bienvenu.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *