INDEX

Energie verte sur Lacq avec Fonroche

Le 08 Jan. 2019

Objectif 2021 pour une usine de méthanisation qui devrait produire l’équivalent de la consommation de 60% de la population de Lacq-Orthez…

Les élus de la Communauté des communes de Lacq-Orthez (CCLO) viennent d’autoriser la vente d’une parcelle de 8 hectares au Groupe Fonroche qui doit se concrétiser par une signature en ce mois de janvier.


Le bassin de Lacq s’apprête à accueillir le nouveau projet de la société agenaise : transformer des déchets agricoles et de l’industrie agroalimentaire en biogaz. Fonroche Biogaz est un acteur majeur de la méthanisation en France, avec une vingtaine de projets en développement, construction et exploitation. Ce nouveau projet est étudié depuis huit mois en partenariat avec le Groupe coopératif Euralis et Chemparc, sur l’ancien site de Rio Tinto.


Energie verte, recyclage de déchets et emploi pour le territoire…

Avec une production de 102.000 mégawatt-heures, l’unité de méthanisation, baptisée BioBéarn, pourra répondre à l’équivalent de 60% des besoins en gaz des habitants des 61 communes de Lacq-Orthez (aujourd’hui, à peine 1 % de la consommation nationale est satisfaite par ce gaz vert).

Le gaz est produit à partir des broyats de maïs doux, de déchets de cultures céréalières et du lisier de porcs, canards et bovins en provenance d’exploitations situées dans un rayon de 50 km. Les déchets agricoles ainsi transformés proviendront essentiellement des adhérents de la coopérative Euralis et des activités agroalimentaires du secteur.


Le biogaz sera ensuite directement injecté dans le réseau de Teréga à proximité de la parcelle visée. C’est donc un cercle vertueux qui permettra aux agriculteurs d’économiser l’achat d’engrais chimiques et épargnera l’environnement. Grâce à ce nouveau projet, la société Fonroche annonce la création d’une dizaine d’emplois directs et entre 20 et 30 emplois indirects dans le transport, la maintenance et la valorisation des déchets.

L’exploitation pourra débuter une fois les procédures administratives terminées : une enquête publique, le chantier de construction de douze mois (au second semestre 2020). L’usine démarrera donc ses activités à l’horizon 2021.


Produire et consommer « vert »…

Ce nouvel industriel « vert » traitera 100.000 tonnes de déchets issus de l’industrie agroalimentaire et permettra aux agriculteurs de renoncer à l’utilisation de 2.500 tonnes d’engrais chimiques par an. L’activité de BioBéarn permettra une baisse de 25.000 tonnes d’émission de CO2 dans l’atmosphère.

Le groupe Fonroche va investir sur le bassin de Lacq près de 30 millions d’euros et créer une dizaine d’emplois directs. L’énergie verte est au cœur de la stratégie de la Communauté des Communes Lacq-Orthez qui avait détecté dans son Plan climat air énergie territoire (PCAET) que les entreprises et particuliers du bassin consommaient déjà 70% de l’énergie produite grâce aux différentes unités d’énergies renouvelables existantes. L’objectif de demain sera donc de devenir excédentaire grâce au développement de ces énergies.

La CCLO, en lien avec Chemparc et plusieurs partenaires industriels, a déposé et déposera différents dossiers pour répondre aux appels à projet de l’Etat qui favorisent la transition énergétique et le développement industriel sur notre territoire.

 

 

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Bonjour,
    Un gros projet, qui vante la méthanisation comme un cercle vertueux. Je vous encourage à lire les fiches pédagogique du Collectif Scientifique Méthanisation raisonnée (Twitter @CSNM9). L’engrais fourni par la méthanisation est moins bon qu’un simple lisier. Que dire de l’appauvrissement des terres alentours par retrait du carbone qui sera méthanisé ? Pourquoi tous ces déchets de cultures ne sont-il pas compostés, ce serait bien plus naturel, amenderait la terre, et formerait un humus qui serait meilleurs que l’engrais ! Quid des risques de pollution de l’air et des nappes après épandage ? La région est peuplée, particules fines, NOx, N2O etc … Quid des fuites de ce type d’installations ? Ou encore des distances à parcourir ! ….
    Sincèrement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *