INDEX

COUP DE CŒUR – Laurent Langlade, la bosse des Rubik’s Cube

Le 03 Juil. 2020

Basé dans les Landes, sa collection de petits cubes bigarrés au mécanisme de rotation ingénieux avoisine les deux mille pièces…

Rubriques :

Dans la vie professionnelle, Laurent Langlade enseigne la salsa, le rock, la bachata et les danses en ligne, à Mont de Marsan et Aire sur Adour. De quoi bouger et éliminer tout ce qui encombre le corps ; et l’esprit aussi !


Mais dans la vie privée, ce professeur de danse voue une véritable passion à tout ce qui est casse-têtes, à toutes les énigmes de ces inventions ludiques et mathématiques qui en découragent plus d’un. Laurent prend un malin plaisir à percer les mystères de ces mécanismes pour en venir à bout, là où l’on renoncerait au bout de quelques minutes.

Déjà fan de taquins (ces petits damiers de 16 cases qui consistent à y faire glisser quinze pions pour reconstituer un visuel) depuis son jeune âge, c’est un drôle de cube en plastique, aux facettes colorées, qui va faire vibrer son cœur dans les années 80. Le Rubik’s Cube, du nom de son inventeur Ernõ Rubik, professeur de design hongrois, vient de franchir les frontières de l’Hexagone.


« Lorsque j’ai acheté mon premier exemplaire, il m’a fallu un mois pour le résoudre, pour réussir à percer l’énigme de son système. C’est celui qui m’a donné le plus de mal, confie Laurent. J’en ai acheté ensuite au fur et à mesure une cinquantaine, dans les commerces de la région, mais lorsque Internet et les sites de vente en ligne, comme eBay, sont apparus, je me suis vite rendu compte que le choix était énorme, notamment dans les pays de l’Est où l’engouement reste sans comparaison possible avec la France. J’ai développé alors ma collection, jusqu’à en posséder aujourd’hui près de mille neuf cents, sans compter ceux que je possède en double… ».


Qu’est-ce qui a poussé dernièrement ce Rubik’s fan, inconnu du public, à envahir la salle des fêtes d’Hontanx, le temps d’une journée ? Un projet d’exposition ? Pas vraiment. Tout simplement une envie de faire un peu de tri dans les cartons, histoire de savoir qui se cache où.

« J’ai quelques personnes qui m’ont proposé d’échanger des pièces, mais j’étais bien incapable d’y mettre la main dessus. Je savais que je les possédais, puisque je garde la photo de chacun de mes achats, et je connais ma collection très précisément. Mais il était temps que je fasse un peu de rangement. Je me suis donc installé à la salle des fêtes, pour tout sortir et mieux répertorier. C’était la première fois de ma vie, et j’avoue que, lorsque je les ai tous eus sous les yeux, ça m’a vraiment fait chaud au cœur. »


Laurent les a-t-il tous résolus pour autant ? La réponse est claire. « Si je connais déjà leur mécanisme, cela ne m’intéresse pas. Je me contente juste de les remettre dans l’ordre. Par contre, s’il s’agit d’un système que je n’ai pas encore rencontré, je prends plaisir à m’y atteler jusqu’au bout. Pour les Rubik’s Cube, ma collection s’arrête au 11 par 11, mais il en existe jusqu’à 17 par 17 ! Ils étaient à 2 000 euros il y a deux ans, les prix ont baissé depuis jusqu’à 400 euros, mais c’est malgré tout une somme. Je vais patienter encore un peu… ».

Le summum pour cet esprit qui adore se confronter aux théories mathématiques ? Un casse-tête de prime abord simple, mais alambiqué au possible. « J’adore la simplicité qui masque la complexité, et j’ai passé des heures à résoudre des énigmes pendant le confinement ! » conclut-il en riant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *