INDEX

Biarritz, un pôle de recherche sur l’océan

Le 04 Apr. 2017

Il doit s’inscrire dans le biomimétisme avec des processus d’innovation s’inspirant du vivant

Il y a quelques jours, nous vous avions narré la teneur des travaux tenus lors de la Journée du biomimétisme de Biarritz. L’occasion de dresser un état des lieux, qui démontrait que toutes les filières industrielles sont potentiellement concernées par le biomimétisme.


Energies renouvelables imitant la photosynthèse, chimie douce grâce à des biocatalyseurs, traitement des eaux usées par phytoépuration, valorisation naturelle des déchets végétaux ou alimentaires… ce sont les grands enjeux.

Mais tout cela relevait de la théorie ; aussi est-on heureusement surpris en découvrant que quelques jours plus tard, la mise en pratique est d’ores-et-déjà en bonne voie. C’est ainsi que va être signée une convention entre le Ceebios de Senlis (Centre européen d’excellence en biométrie de Senlis), institution phare sur ce thème, et la Ville, avec la création d’une filiale dédiée au biomimétisme appliqué aux ressources marines.


Des travaux préliminaires, certaines initiatives ont été repérées, telles celles des Laboratoires de Biarritz ou Nobatak, qui intègre le biomimétisme à l’architecture. D’ailleurs, de plus en plus d’entreprises collaborent avec les laboratoires de recherche dans le domaine du biomimétisme.

Au fait, expliquons le terme : il s’agit d’un processus d’innovation, s’inspirant du vivant, concernant en particulier les services écosystémiques, qui consiste à chercher des solutions soutenables produites par la nature. Simple, en fait. Il s’agit désormais d’élargir ce travail à l’ensemble des acteurs de la Nouvelle-Aquitaine, afin de fédérer les forces en présence.

Et pour paraphraser le bon Vialatte, c’est ainsi que Biarritz est (et sera) grande !

Un commentaire au sujet de cet article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *