Abonnez-vous
Publié le

JOUR DÉCISIFUn Biarrot pour sauver l’Elan Béarnais

C’est confirmé, Sébastien Ménard, conseiller municipal de la cité balnéaire impériale, et cofondateur du groupe Eat4Good, reprend le mythique club de basket.
Le Biarrot Sébastien Ménard reprend l'Elan Béarnais
L’atypique chef d’entreprise vient de signer le rachat de l’Elan Béarnais à CounterPointe Sport Group. C’est lui qui sera lundi devant la commission d’appel de la Fédération française de basket pour la convaincre de réintégrer le club dans l’élite.

Sébastien Ménard, accompagné d’autres investisseurs, aura la lourde tâche de faire oublier cet épisode américain et de restaurer un climat de confiance autour de l’Elan. Si les résultats sportifs ont été remarquables (vainqueur de la Coupe de France et demi-finaliste du championnat), la gestion et la gouvernance ont été plutôt catastrophiques.
 
Si les repreneurs arrivent à sauver le club d’une rétrogradation chez les amateurs, il faudra rebâtir complètement une équipe, après les départs de tous les joueurs, excepté Chikoko. Il faudra aussi remobiliser les partenaires historiques du club ainsi que les supporters qui ont le sentiment lourd que leur fidélité de toujours a été trahie par cette aventure américaine improbable.
 
Dès le départ, ce surréaliste rêve américain de Bayrou, a été embarqué dans une mauvaise voie. Avec des négociations opaques menées dans le dos des dirigeants de l’Elan Béarnais, dont son président Didier Rey. La Ville a imposé ses hommes à la tête du club et n’a examiné sérieusement aucune autre offre de reprise, présentant le projet des Américains comme une chance historique pour l’Elan.
 
Sauf que ce projet du groupe CSG a très vite dévoilé son vrai visage qui était de réaliser de grosses opérations immobilières autour du Palais des Sports et du Zénith de Pau. Lire notre article sur le projet des Américains pour Pau.

Cette page tournée, il reste aux repreneurs à remettre les choses dans l’ordre pour redonner des couleurs à l’Elan Béarnais. A 41 ans, Sébastien Ménard a toutes les qualités requises. Reste à connaître les autres investisseurs qui le rejoindront pour pérenniser le club et lui permettre de retrouver les sommets.
 
En charge de la stratégie d’un moteur de recherches européen, il est conseiller municipal de Biarritz, délégué à l’innovation, à l’attractivité, au mécénat culturel et au patrimoine.

Mais Sébastien Ménard est surtout le co-fondateur du concept Eat4Good. « Le modèle technologique et commercial unique que nous construisons chaque jour ensemble – partenaires d’affaires, salariés, producteurs, fabricants, distributeurs, clients et consommateurs – répond à l’une de mes préoccupations les plus fortement enracinées : faire de l’alimentation augmentée un levier de progrès, de bien-être et de santé, en misant sur une production Made in France, une démarche éthique et responsable et en incorporant un maximum d’ingrédients durables, respectueux des autres et de notre environnement ».
 
Nous aurons l’occasion d’y revenir. En attendant, croisons les doigts en espérant que ce lundi la Fédération française permettra à l’Elan Béarnais de rester dans le championnat professionnel.

Commentaires (2)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Gracianne Hastoy
il y a 20 jours
Bravo à Sébastien Ménard, et tous nos voeux de réussite. Pour le bien de tous !
Anonyme
il y a 19 jours
Je ne suis pas certain que ce soit une bonne nouvelle pour notre club. Grand fan de basket US, il n’a aucune connaissance des réseaux et fonctionnements du basket français et européen. En plus le personnage est somme toute louche. Passé par les républicains puis le Front National pour finir a En marche, c’est un opportuniste sans limite qui n’a pas su remporter la moindre élection (il est le premier à avoir perdu une élection contre Éric Coquerel de LFI !) même quand il était parachuté. Parisien (il n’est en rien biarrot) de bonne famille, il multiplie les échecs professionnels et politiques malgré les perches qui lui sont tendues. Bref, encore un profil bancal, c’est bien dommage pour l’élan béarnais.

À lire aussi